Discours de Jean Monnet (30/04/1952)

Publié le par JSS

http://www.dhm.de/lemo/objekte/pict/BiographieMonnetJean_photoMonnetJean/index.jpgAvant de lire le discours "UNE EUROPE FEDEREE" de Jean Monnet:

Européen et atlantiste, éternel militant des Etats-Unis d'Europe, Jean Monnet est à l'origine de la déclaration du 9 juin 1950 qui jette les bases de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA), plus connue sous le nom de plan Schuman. Avec le soutien américain, il en profite pour lui donner une orientation fédéraliste. Mais l'été 1950 est aussi celui de la guerre de Corée, premier conflit réel entre blocs. Dans leur volonté de renforcer l'OTAN, les États-Unis n'ont plus qu'une seule idée en tête : réarmer l'Allemagne. C'est de nouveau Jean Monnet qui propose une solution : créer, sur le modèle du «pool charbon-acier», un «pool défense» dans un esprit fédératif.

Au mois d'avril 1952, alors que se finalise la CED, Jean Monnet effectue, comme chaque printemps, un voyage aux États-Unis. L'optimisme est de rigueur. Au moment d'embarquer pour l'Amérique, Monnet n'a-t-il pas affirmé à un journaliste que les États-Unis d'Europe naîtraient avant la fin 1953? C'est dans le même esprit qu'il prononce, le 30 avril 1952, le discours ici reproduit devant le très influent et prestigieux National Press Club de Washington.

La CED ne naîtra pourtant jamais, tuée par son inspiratrice. La France, en effet, enterrera l'armée européenne fin août 1954, par une étrange coalition que dominent d'une part, les communistes et, de l'autre, les gaullistes. Avec la CED meurt également son pendant politique, la Communauté politique européenne (CPE), à laquelle Jean Monnet s'était attelé dès juillet 1952, en poussant les Six à mandater une assemblée ad hoc, issue de l'Assemblée de la CECA.

En 1954, un grand coup d'arrêt est donc porté à l'ébauche des États-Unis d'Europe. Seule la CECA résiste, avec Monnet en capitaine désabusé de la Haute Autorité.

 

http://www.lifelong.it/images/monnet.jpgLe discours:

« Nous nous trouvons à un moment opportun pour parler de la création de l'Europe. Nous allons sortir de la période des projets, des négociations et des textes ; dans quelques semaines, les premières institutions de l'Europe unie deviendront une réalité vivante. À ce moment décisif, comme il est naturel, nous rencontrons des difficultés : elles sont les douleurs de l'enfantement qui accompagnent la naissance des États-Unis d'Europe.

Parce que les Américains en sont conscients, ils n'ont cessé de soutenir et d'encourager nos efforts pour réaliser l'unité de l'Europe. Je crois que c'est la première fois dans l'Histoire qu'un pays parvenu au degré de prépondérance qu'ont atteint les États-Unis apporte un soutien actif et essentiel à l'effort que font d'autres peuples pour se rassembler dans une communauté vigoureuse et libre.

Il est d'une importance universelle que l'Europe puisse vivre par ses propres moyens et dans la sécurité, qu'elle soit pacifique et en mesure de continuer à apporter sa grande contribution à la civilisation. Le chemin qui mène à tous ses objectifs passe par l'unification.

Une Europe fédérée est indispensable à la sécurité et à la paix du monde libre. Aussi longtemps que l'Europe restera morcelée, elle restera faible, et sera une source constante de conflits. À l'époque moderne, les conflits se généralisent inévitablement à l'ensemble du monde.

L'unification permettra à l'Europe d'intensifier le développement de ses ressources. Elle pourra ainsi, le moment venu, faire face aux besoins de ses habitants et prendre sa part dans les charges de la défense commune, sans avoir à vous demander de maintenir votre contribution.

L'unification de l'Europe a, pour la civilisation, une portée qui dépasse même la sécurité et la paix. L'Europe est à l'origine des progrès dont nous bénéficions tous et les Européens sont aujourd'hui capables d'apporter au développement de la civilisation, par leur esprit créateur, une contribution aussi grande que dans le passé. Mais pour permettre à cet esprit créateur de s'épanouir à nouveau, nous devons harmoniser nos institutions et notre économie avec l'époque moderne. C'est en unifiant l'Europe que nous y parviendrons. [...]

http://2.bp.blogspot.com/_cSRsEwyCo68/SVS_e6m45QI/AAAAAAAAABc/uFuDFTUWumU/s400/monnet%5B1%5D.gifEn même temps que nous poursuivrons ensemble notre action pour l'unification de l'Europe, nous continuerons notre effort pour réunir pacifiquement les Allemands de la République fédérale et ceux de l'Est. Il est essentiel d'effacer les frontières entre les nations européennes. [...]

L'unité qui satisfera les aspirations légitimes des Allemands sans les exposer, ainsi que le reste du monde, au recommencement d'un passé funeste, l'unité qui facilitera l'établissement d'une paix durable est l'unité au sein d'une Europe unie. [...]

Six pays européens ne se sont pas engagés dans la grande entreprise d'abattre les barrières qui les divisent pour dresser des barrières plus élevées contre le monde extérieur. Notre époque exige que nous unissions les Européens et que nous ne les maintenions pas séparés. Nous ne coalisons pas les États, nous unissons des hommes.

Rien n'est plus stérile que d'anticiper, dans le contexte du présent, des questions qui se poseront seulement dans l'avenir, alors que l'objet même de notre action est de transformer le contexte actuel. Si nous attendons, pour agir, que toutes les questions aient trouvé leur réponse, nous n'agirons jamais, nous n'atteindrons jamais la certitude attendue et nous serons entraînés par les événements que nous aurons renoncé à orienter.

Nous sommes résolus à agir. Nous sommes résolus à faire l'unité de l'Europe et à la faire rapidement. Avec le plan Schuman et avec l'armée européenne, nous avons posé les fondations sur lesquelles nous pourrons construire les États-Unis d'Europe, libres, vigoureux, pacifiques et prospères.»

Publié dans Grands Discours

Commenter cet article