Retour sur l'élection US de 2004

Publié le par JSS

On dit souvent, à tort ou à raison, que les élections présidentielles américaines sont bidons. On ne parle pas de triche (quoi que…) mais on remet souvent en question la manière dont la démocratie fonctionne au pays de l'Oncle Sam.

A moins d'une semaine d'une élection qui changera, à coup sur, la face du monde pour les prochaines années, je souhaite revenir celles de 2004 pour que les francophones comprennent exactement comment
ca marche… Là bas !
Pour cela, je me suis servi de cartes publiées par l'Université du Michigan. Des cartes qui montrent à quel point les Etats-Unis sont divisés.

Carte 1 :
 

C'est la carte banale. Celle que tout le monde à déjà vu des dizaines de fois. En rouge, les états gagnés par les républicains (G.W. Bush), en bleu ceux gagnés par les démocrates (J. Kerry). A noté que sur cette carte comme sur les suivantes, l'Alaska et Hawaï ne sont pas représentés. Cette carte donne l'impression superficielle que les "états rouges" dominent largement le pays. Sauf que… Les "états bleus" sont ceux dans les quels la population vit en masse. La population des états rouges est minime donc, importe peu dans une élection.

Carte 2 :

Là, ca devient intéressant. Voici la même carte des Etats-Unis, mais en fonction de la population de chaque état. La taille de l'état n'a donc plus d'importance mais cette carte permet de se faire une idée plus correcte du candidat pour lequel le peuple américain à voté en 2004. Pour bien comprendre cette carte et comment elle à été faite, un exemple. L'état de Rhode Island à 1.1 million d'habitants, il est donc deux fois plus gros que le Wyoming avec son demi-million d'habitants… Et ce, même si la taille de ce dernier état est 60 fois plus grande dans la réalité que celle de Rhode Island.

Carte 3 :

A présent, voilà une carte représentant l'importance de chaque collège électoral (grands électeurs). Aux Etats-Unis, vous n'élisez pas directement le président. Vous votez pour élire les grands électeurs qui, à leurs tours décideront du président. Le nombre de grands électeurs de chaque état est décidé en fonction du nombre d'habitants, mais aussi grâce au "census"… Plus quelques sièges offerts aux états plus petits en superficie.

 Carte 4 :

Voilà une autre carte très intéressante. C'est un raz-de-marée rouge qui s'étend sur l'Amérique. C'est le résultat de l'élection 2004, par conté.

Carte 5 :

Et la même carte modifiée en fonction de l'importance électorale de chaque conté. On s'aperçoit alors que les contés bleus, qui ne représentaient rien dans la carte précédente, sont presque dominant ici.

 Cartes 6 et 7 :












Pour finir, deux dernières cartes. Celle de gauche est pleine de rouge (70%). Celle de droite est majoritairement bleue (70%). Mais il s'agit de la même élection !

Pas besoin d'en dire plus. Vous avez compris la morale… Une carte ne veut pas forcément dire grand-chose. Il faut faire un condensé de tous ces documents pour avoir une vision plus appropriée de ces élections. Alors, la semaine prochaine, quand vous verrez les résultats à la télé ou sur internet, avant de tout prendre "au contant", repensez-y !

Publié dans USA

Commenter cet article

Aurélien Royer 03/11/2008 11:53

Preuve est donc faite que la démocratie américaine est, partiellement, imparfaite. En France, des fraudes possibles donnent lieu à des enquêtes et à des procédures conduisant à l'annulation du scrutin concerné... voyez les exemples d'élections municipales, comme à Perpignan et l'affaire de la chaussette.

Jacques Heurtault 03/11/2008 11:28

Le problème de la fraude est bien réel!
Et il est vraisemblable qu'elle s'est manifestée en Floride en 2000 ... Il n'empêche que Al Gore n'a pas poursuivi sa démarche de contestation des résultats. La raison en est toute simple : un tel acharnement aurait durablement terni l'image d'Al Gore et même du Democratic Party ... Responsabilité que Al Gore n'a pas voulu prendre ... Et il a probablement eu raison.

Aurélien Royer 03/11/2008 11:00

Oups, Jonathan-Simon !! excuse-moi, je t'ai appelé Jonathan-Sébastien, et m'en suis rendu compte en validant mon commentaire !!

JSS 03/11/2008 11:13


;-)


Aurélien Royer 03/11/2008 10:59

Rassure-toi, Jonathan-Sébastien, je pense que je suis au moins autant visé que toi par le commentaire de Jacques, que je commence à bien connaître. Jacques, je ne veux pas donner de leçon aux Américains mais je constate tout de même que:
- le fait que des armées d'avocats soient envoyées par les deux camps dans les swing states prouvent que la fraude est possible... ce qui est nettement moins le cas en France !
- le vote par Etat ne garantit pas à tous les électeurs que leur vote pèse aussi lourd que celui d'un de ses compatriotes d'un autre Etat. Dans les Etats qui voteront quoi qu'il arrive démocrate, un électeur républicain n'a-t-il pas l'impression que son vote ne sert à rien?
- enfin, qu'un président soit élu parce qu'il a gagné plus de grands électeurs en rafflant un moins grand nombre d'Etats que son adversaire, tout en minoritaire en voix au niveau national, me choque... mais, je le reconnais bien volontiers, ma vision est celle d'un Français attaché à notre modèle démocratique (bien qu'imparfait).

Je comprends donc que les Américains soient attachés à un système qui, en effet, n'a pas changé en plus de deux siècles. Et, je le respecte. Je ne fais que dire qu'il n'est pas entièrement démocratique... car le peuple n'est pas fidèlement representé lors de la présidentielle. Au contraire des élections pour le Sénat et la Chambre des représentants. Sans compter que tous les éléments qui font une démocratie (et que j'ai souligné plus haut), à savoir liberté d'expression, multipartisme sont présents. L'Amérique est une démocratie, c'est clair !!!

Jacques Heurtault 03/11/2008 09:04

Je comprends de votre réponse que vous êtes américain ... Est-ce exact?
Les Américains sont très attachés au fédéralisme. Ils sont nombreux à ne pas faire confiance à "Washington", que l'Etat Fédéral soit "démocrate" ou "républicain" ...
Et ils tiennent beaucoup à leur constitution!
Le pire serait de vouloir leur donner des leçons depuis l'extérieur ...

JSS 03/11/2008 09:19



Vous avez presque raison.
Je ne suis pas américain... Mais je vis avec des américains. Ils m'impreignent de leur culture et de leur manière de voir les choses. Inconsciemment, je suis certainement manipulé et c'est
normal.
Je ne cherche, vous l'aurez compris Jacques, surtout pas à donner des leçons à qui que ce soit. J'émettais simplement une alternative qui, je pense, est souhaitée par de nombreux amis de
différents états (Californie, New Hampshire, New-York, Washington, New Orlean et Texas notemment).
Par ailleurs, j'invite tous les lecteurs de mon blog à visiter le votre et à lire les excellents articles sur les règles de la politique américaine...