Pour le dictateur iranien, les négociations nucléaires sont closes

Publié le par JSS

Le président iranien Mahmoud Ahmadinedjad, en pleine campagne électorale pour sa réélection, a déclaré que les discussions entre l'Iran et les puissances occidentales sur le nucléaire iranien sont closes. « Nous l'avons déjà dit [...] nous ne discuterons pas du dossier nucléaire", a déclaré Ahmadinejad lors une conférence de presse.

Pour le président de l'Ayatolland, toute discussion avec les puissances occidentales porterait « exclusivement sur la participation à la gestion des affaires du monde » et aux moyens d'y apporter la paix. Les six grandes puissances (États-Unis, France, Chine, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne) étaient dans l'attente d'une réponse à leur offre d'une rencontre avec Téhéran formulée le 8 avril dernier. Le président iranien a répété la semaine dernière que son pays ne stopperait pas son programme nucléaire, même au risque de nouvelles sanctions internationales.

L'Iran fait l'objet de cinq résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, dont trois assorties de sanctions.


Israël accorde le plus grand intérêt au dossier du nucléaire iranien, car il estime que l'acquisition de la bombe atomique par Téhéran représente est une menace à son endroit et a celui de toute l'Europe. Lors de la dernière rencontre entre le président américain et le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, le dossier du nucléaire iranien a été un des thèmes abordés. De nombreux médias rapportent qu'Israël n'exclut pas l'option d'attaquer les installations nucléaires iraniennes.

Par ailleurs, un document officiel israélien, dont des extraits ont été rendus publics lundi, établit un lien entre le Venezuela et la Bolivie et le programme nucléaire iranien. Selon ce document du ministère des Affaires étrangères israélien, le Venezuela aide Téhéran à contourner les sanctions économiques imposées par le Conseil de sécurité, et est soupçonné d'avoir fourni de l'uranium aux Iraniens. « Il semble que la Bolivie soit également un fournisseur d'uranium du programme nucléaire iranien », souligne le document.

Les auteurs du rapport affirment en outre que Téhéran « établit des cellules du Hezbollah dans le nord du Venezuela et l'île vénézuélienne de Margarita ».

Publié dans Ayatolland d'Iran

Commenter cet article