Non Monsieur Obama, We Can't !

Publié le par JSS

jssnews.com/2010/04/15/non-monsieur-obama-we-cant/link

 

Au début du mois d’avril 2010 et pour la énième fois, la Secrétaire d’Etat américaine a répété, lors d’un congrès juif américain, que, “parfois, les amis doivent pouvoir se dire une vérité qui fait mal.” Aujourd’hui, au nom de mon peuple –et bien que je n’en sois pas un porte-parole-, j’aimerais rendre cette politesse amicale au Président Obama.

Monsieur le Président, votre rhétorique a toujours été favorable à Israël, mais l’incongruité de vos actions depuis le début de votre mandat, nous a laissé, nous israéliens et juifs du monde entier, perplexe.

Non nous ne pouvons pas prendre de risques quand il s’agit de la sécurité physique de notre terre et notre peuple. Il n’existe pas de marge d’erreur. La sécurité est la priorité principale de notre Nation. Vous voyez, nous apprenons de notre histoire, et cette dernière nous enseigne une vérité simple:

No, we can’t. Non, nous ne pouvons pas compter sur les promesses ou sur la protection des autres nations alors que notre peuple fait face à une menace existentielle. Le monde a assisté, immobile, au génocide nazis. Tous les dix ans depuis la proclamation d’indépendance de l’Etat d’Israël, ses voisins ou les Palestiniens ont lancés des guerres contre nous et le monde a regardé cela dans un silence relatif. Dans les années qui suivirent le soi-disant traité de paix d’Oslo, le monde restait calme et serein alors que les Israéliens subissaient des centaines  d’attentats-suicides palestiniens, des attaques à l’arme blanche, des fusillades et des enlèvements. Le monde n’a cependant jamais hésité pas à nous critiquer ouvertement lorsque nous avons créé des postes de contrôle et quand nous avions construit une  barrière de sécurité pour nous protéger.

No, we can’t. Non nous ne pouvons pas comprendre comment, en 2006, lorsque des milliers de missiles du Hezbollah pleuvaient sur un tiers de la population israélienne, les dirigeants du monde ont jugé important de critiquer la réaction militaire d’Israël. De même, nous avons lu et entendu leurs critiques lors de l’opération «Plomb durci» à Gaza. Jusqu’alors, ils étaient restés muets plutôt que de féliciter retenue militaire d’Israël pendant les huit années où des roquettes Qassam étaient lancées depuis Gaza et ou la population du sud d’Israël a été forcée à dormir dans des abris. Bien sûr, ils ont retrouvés leurs voix quand l’armée israélienne est entrée en bande de Gaza pour localiser et détruire les lanceurs de roquettes du Hamas.

 

Lire l'intégralité de cet article sur JSSNEWS.COM

Commenter cet article