Il y a 36 ans jour pour jour, les arabes lancèrent une attaque traitre sur Israël

Publié le par JSS

Le 6 octobre 1973, il a 36 ans jour pour jour, le monde est frappé de stupeur : une nouvelle guerre israélo-arabe vient d’éclater au Proche-Orient. En ce jour de Grand Pardon (Yom Kippour) des juifs, en plein Ramadan musulman, les armées égyptiennes et syriennes viennent de lancer par surprise une offensive concertée contre les forces israéliennes stationnées le long du canal de Suez et sur les hauteurs du Golan. Ce conflit charnière aux rebondissements multiples, comme en témoigne le déclenchement de la crise pétrolière, modifiera durablement la situation géostratégique dans cette région clé du Globe. Personne n’imagine alors que ce nouvel affrontement sera à l’origine directe du processus de négociations entre l’Egypte et Israël qui aboutira, six ans plus tard, à la signature d'un traité de paix entre ces deux Etats.

Ce nouvel épisode du conflit israélo-arabe trouve en fait sa genèse dans l’éclatante victoire remportée six ans plus tôt par l’Etat d’Israël sur ses voisins arabes, lors de la guerre des six jours de juin 1967. A cette occasion, les forces de défense israéliennes s’étaient emparées de la péninsule du Sinaï, de la bande de Gaza, de la Judée-Samarie et des hauteurs du Golan, infligeant une cuisante défaite aux armées arabes. Trop sûres d’elles-mêmes, les autorités israéliennes avaient par-là même suscité un sentiment de revanche exacerbé dans le monde arabe, d’autant que la situation paraissait bloquée. Les Arabes, de leur côté, refusaient toujours de reconnaître l’existence de l’Etat d’Israël et la résistance palestinienne multipliait les actions terroristes à travers le monde. Toutes les missions de bons offices et les ébauches de règlement diplomatique avaient en effet échoué les unes après les L'armée egyptienne ne compte pas moins de 1500 chars, 222 bombardiers et près de 300.000 hommes. Les alliés syriens de l'Égypte (100.000 hommes) lancent au même moment 3 divisions blindées et 1000 chars sur le plateau du Golan. En quatre jours, ils s'emparent du mont Hermon et de la ville de Qunaytra avant de tout reperdre.

L’armée israélienne parait quant à elle paradoxalement plus puissante et mieux équipée que par le passé. Elle vient de recevoir du matériel américain extrêmement performant, lui assurant a priori une supériorité incontestable. Elle développe néanmoins à l’encontre de ses adversaires arabes un formidable complexe de supériorité anesthésiant son sens des réalités. L’armée israélienne subit en outre un insidieux phénomène de dégradation qui se répercute tant sur sa doctrine d’emploi des forces, que sur l’institution elle-même. Sa stratégie privilégie désormais la défensive, comme en témoigne l’édification de la coûteuse Ligne Bar-Lev le long du canal de Suez. Ce phénomène ne fait que reproduire celui affectant une société israélienne en pleine mutation, à la croisée des chemins. La plus frappante manifestation en est l'échec des services de renseignements qui, handicapés par des dysfonctionnements et des rivalités internes, sont leurrés par le remarquable plan de déception soigneusement élaboré par le Moukhabarat égyptien.

La guerre du Kippour apparaît en définitive comme un conflit plus équilibré et plus disputé que l'image qui en a souvent été présentée. Le rapport des forces en présence s'est avéré moins déséquilibré que ce que les autorités arabes et israéliennes ont longtemps laissé entendre. L’impact réel de l’aide matérielle fournie par les deux grandes puissances à leurs alliés respectifs ne fut pas aussi décisif que ce que les Américains et les Soviétiques ont longtemps prétendu.

Cette guerre constitue le premier conflit mécanisé de haute intensité depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Elle a démontré l'importance du renseignement pour contrer l'effet de surprise. Elle a permis de valider, de nuancer ou de rejeter certains concepts opérationnels. Elle a servi de banc d'essai à de nombreuses armes récentes, qui n'avaient pas eu l'occasion de subir l'épreuve réelle du feu. Elle a démontré une nouvelle fois que la qualité l’emportait sur la quantité et que le facteur humain jouait toujours un rôle essentiel dans la conduite de la bataille.

La haute technologie a eu un impact considérable sur le déroulement des combats. La notion de C3I s’est imposée comme une donnée fondammentale du combat moderne. L’efficacité des missiles, bien que réelle, a cependant été exagérée. Le char et l'avion ont démontré qu’ils restaient les vecteurs essentiels du combat mécanisé, à condition de s’intégrer dans un environnement interarmes leur assurant soutien et protection. Si l'aviation a joué un rôle important pendant le conflit, celui-ci n'a pas été aussi décisif qu'en juin 1967. A l'inverse de la guerre des six jours, ce sont en effet les chars qui ont cette fois-ci ouvert la voie aux avions. La puissance et l’efficacité de l’arme aérienne ont donc été surestimées, comme peu de temps auparavant lors de la guerre du Vietnam, puis dix-huit ans plus tard lors de la guerre du Golfe. Une fois de plus, les évènements ont démontré que la guerre se perdait ou se gagnait au sol. De manière plus globale, la nécessité d’une approche interarmée, voire interalliée, s’est imposée comme l’un des enjeux majeurs pour la conduite efficace d’un conflit d’envergure.

Commenter cet article

Yéhoudi 07/10/2009 10:22



quelle légèreté

Raedh Salah  ???  a mourir de rire
opérette  du "cheval blanc" !!

relaché et condamné a ne pas remettre les pieds a Jéru pendant 1 mois


quelle sévérité dans cette peine exemplaire !!!



Yéhoudi 06/10/2009 20:46


et a quand le tour de Tibi ,Monsieur Nathanyahou ?????

et de la compagnie de félons  galiléens ??



le train de vie 06/10/2009 20:44


je jubile!!!!!!!!!!!!!!

je demande il y a une heure des mesures contre cette crapule de Raedh Salah

et j' apprends !!!!!!!

"




19:17 


Sheikh Raed Salah à la tête du mouvement islamique a été arrêté mardi par la police de
Jérusalem pour incitation à la violence et au racisme.  (Guysen.International.News)



MERCI BIBI DE LIRE JSS !!!


putain !!

aprés les RG

Aprés l' Elysée

Monsieur Benjamin Natanyahou !!


TROP FORTS !!







le train de vie 06/10/2009 18:56


Exact Myriam

rares sont les familles qui de prés ou de loin ne furent pas touchées

Yzkor et Kavod a ces héros de notre Peuple


Monsieur JSS, vous titrez  une guerre en TRAITRE

je ne suis pas d' accord

le mot traitre entre deux ennemis ne veut rien dire!!

les Arabes ont copié l' effet de surprise israélien pour la première fois
et ça a failli marcher

en guerre, en conflit, il n' y a aucune notion de traitrise (sauf si l' ennemi est intérieur....voir Raedh Salah, Tibi et autres galiloéens d' occasion , et dans ce cas une seule réponse:le peloton
d' exécution !!!!)

si demain en plein Aid el Kébir, ou  Hadj a la Mecque ou Nowrouz en Iran, les missiles Israéliens et son aviation bombardaient Téhérant et dans la foulée le Mont du Temple  et sa verrue
dorée, je n' y verrais AUCUN inconvénient ...

donc  bravo aux Egypto-syriens qui ont bien choisi leur jour ...

le seul de l' année ou la circulation automobile est inexistante ,les autoroutes désertes, le trafic nul, ce qui a permis a toutes les unités combatantes, blindés entre autres de rejoindre le front
en untemps record.....Merci Yom Hakipourim

et une pensée reconnaissante au Héros de cette guerre portée trés vite sur le sol egyptien et a la Victoire Juive

Ariel Sharon   !!

 


MYRIAM 06/10/2009 13:04


N oublions jamais ....... meme si ce fut une victoire
ce fut une terrible tragedie pour Israel , une generation entiere partie
2800 soldats ... 8000 blesses ...
Am Israel Hai