Respecter nos défunts

Publié le par JSS

Parler du dossier funéraire reste particulièrement délicat car il touche au plus intime de nos expériences personnelles.
Ces dernières années, se pose de manière aigüe le problème du devenir des restes mortuaires en fin de concession.
Nous avons connu une rapide montée en puissance de cas de concessions temporaires non renouvelées au bout de quinze ou trente ans, ou de concessions perpétuelles en état d’abandon.
Les raisons de ces abandons sont nombreuses : dislocation des liens familiaux, départ de France, extinction des familles après la Shoah ou tout simplement « oubli » de renouveler la concession.
La découverte d’une tombe exhumée créé pour chaque famille la douleur que chacun que peut imaginer.
La communauté a du faire face à ces situations en trouvant des réponses dans l’urgence mais elle a aussi constamment demandé aux collectivités de créer « autant que faire se peut » des ossuaires réservés aux restes des défunts de même confession.
Cette possibilité était facilitée par deux circulaires ministérielles des 28 novembre 1975 et 14 février 1991, et confirmée par la circulaire du 19 février 2008.
Une avancée importante a été réalisée par la loi de 19 décembre 2008.
La législation organise désormais la pratique de la crémation administrative, mais la restreint en cas d'opposition "présumée" du défunt, dans un souci de tolérance vis-à-vis des musulmans et des juifs, dont les religions s'opposent à la crémation. Le rapporteur de la proposition de loi à l'Assemblée nationale, Philippe Gosselin, qui m’avait auditionné et à qui j’avais rappelé l’interdiction formelle de l’incinération pour notre religion, a indiqué en séance « qu’on peut également concevoir que l'inhumation d'une personne dans un carré confessionnel juif ou musulman ou encore la présence de symboles de l'une de ces religions sur sa pierre tombale atteste tacitement de l'opposition du défunt à la crémation".
D’autre part, la loi a institué que le maire « affecte à perpétuité, dans le cimetière, un ossuaire aménagé où les restes exhumés sont aussitôt réinhumés. ». Ce qui constitue une belle avancée pour notre communauté.
Une première concrétisation a pu être réalisée ces dernières semaines pour le département de Val-de-Marne grâce au Président du Consistoire de Paris, Joël Mergui. Un ossuaire est mis à la disposition du Consistoire au cimetière de Valenton : il est destiné au transfert des restes mortuaires dont les concessions arrivent à échéance dans les cimetières de Créteil, Saint-Maur, Nogent, Charenton, Saint-Maurice, Bonneuil, Maisons-Alfort et Joinville.
Pour Paris, les discussions ont été engagées avec la Ville et un projet d’ossuaire est envisagé au cimetière parisien de Thiais.
Le respect de nos défunts reste au cœur des préoccupations du Consistoire.

Fidèlement,

Jack-Yves Bohbot

Publié dans Tribune Libre

Commenter cet article

Yéhoudi 25/09/2009 20:41


ça m' ennuie parce que je t'avais proposé un texte que je vais retrouver et te renvoyer

fais moi signe s'il te plait
merci


Yéhoudi 25/09/2009 16:41


alors??

c'est pas encore Minha!!

ou sont-ils passés les hakhamim de ce blog ???


Yéhoudi 25/09/2009 12:32


M'en fous!

je vais me faire élire a l' Académie

me payer un bel habit vert

et je serais ......

devinez la réponse!!


JSS tu as changé de Mail ??
tu ne reçois pas les miens ??


JSS 25/09/2009 18:25


Ben non... Toujours le même mail mais je ne recois plus le tiens...
Je vais regarder dans les spams...
Serais-tu devenus un spammeur? ;)