Kouchner est persuadé que l'Iran "simule"

Publié le par JSS

Les "doutes" exprimés par l'ambassadeur d'Iran en France à l'égard de Clotilde Reiss détenue à Téhéran sous l'accusation d'espionnage, ne sont que "fariboles", déclare Bernard Kouchner. Dans un entretien au Parisien aujourd'hui en France, Seyed Mehdi Miraboutalebi , ambassadeur de la République islamique d'Iran en France, affirme que l'universitaire française était surveillée depuis son arrivée en Iran. Lectrice de français à l'université d'Ispahan, Clotilde Reiss, 24 ans, a été libérée sous caution le 16 août après un mois et demi de prison. Hébergée à l'ambassade de France à Téhéran, elle est dans l'attente du jugement du tribunal révolutionnaire de la capitale iranienne.
"Cette jeune femme a effectué entre juin et septembre 2007 un stage sur les technologies nucléaires à la direction des applications militaires du CEA (Commissariat à l'énergie atomique). Elle a rédigé un mémoire intitulé Comprendre la politique iranienne dans la crise nucléaire . Ce document justifie nos doutes à son égard", explique Seyed Mehdi Miraboutalebi. Le père de Clotilde Reiss travaille au CEA. "Cette dame est partie en Iran avec un visa de trente jours pour enseigner le français. Sur place, elle a fait une demande de prolongation. Lorsque son visa a expiré une deuxième fois, elle aurait dû quitter le pays, mais elle a continué à séjourner illégalement", poursuit l'ambassadeur iranien. "En apparence, elle est partie pour donner des cours de français à Ispahan. Alors pourquoi s'est-elle retrouvée pendant quinze jours dans les manifestations de Téhéran?", ajoute-t-il.
"Fariboles", a répliqué le ministre français des Affaires étrangères sur Europe 1. "Clotilde Reiss a été accusée d'incitation aux troubles de l'ordre public, ce qui est vraiment impossible à comprendre", a dit Bernard Kouchner. "Ce monsieur a parlé, il a tort de le faire, parce que ce qu'il dit est faux", a-t-il ajouté. Le chef de la diplomatie française a réaffirmé que le jugement du tribunal de Téhéran interviendrait dans "quelques jours, voire quelques semaines". "Ce qui est certain, c'est que ce sera moins long qu'en France", dit Seyed Mehdi Miraboutalebi dans Le Parisien .


Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

joel 27/08/2009 18:04

Directement en rapport avec le comm n°1  :



18:51 
La testostérone, secret des femmes trader? L'intrépidité des femmes dans le monde de la finance serait à imputer aux hormone mâles. C'est ce que révèle une nouvelle étude américaine, selon laquelle plus le taux de testostérone d'une femme trader est important, plus son attitude en matière de prise de risques financiers se rapproche de celui des hommes. (Guysen.International.News)



D' ici peu  suite à abus de ce produit miracle , on pourra dire sans problèmes :" cette femme a vraiment des Coui*les "  :!:

Gally 27/08/2009 16:58

une ville de 10.000 habitants américaine => pour chez eux, une ville pauvre

Gally 27/08/2009 16:57

Moi aussi je les envie pour cette fierté qu'ils ont su garderFoutez vous de moi, mais je les envie aussi quand je regarde l'émission "extrem makeover" (les maçons du coeur en français), quand je vois la solidarité et la charité dont ils sont encore capables (pour donner un exemple, on a eu du mal en France à rassembler, sur appel de TF1, pour sauver un pauvre gamin atteint d'un cancer facial le condammant à mourir sous qq semaines, une somme équivalente à ce qu'une ville de 10.000 habitants arrive à sortir pour aider une famille en detresse)

Yehoudi 27/08/2009 16:52

en effet Gallyje me souviens de cette affaire..j' ai rencontré un jeune couple de juifs new-yorkais sur la plage  avec deus petits enfants..lui Attorney lawyer  parlant trés bien le français..chez eux aux états unis le port et l' accrochage de la bannière étoilée est tous a fait NORMAL !!!son grand père et son père en ont un accroché a leur fenetre,comme ça ...pour rien ...je les ai  enviés...

Gally 27/08/2009 16:11

Yéhoudi : tu peux rajouer Orange, en France, où un mariage est tombé dans un traquenard et s'est fait tabassé parce qu'ils arboraient le drapeau français (ils étaient anciens militaires, leurs enfants et amis l'étaient toujours). Ils se sont entendu dire "vous n'êtes pas chez vous ici, remballez vos drapeaux".Le pire, c'est que quelque part, c'est vrai, les français ne sont plus chez eux dans certains coins de France...