Vers un Iran producteur de pétrole sans essence ?

Publié le par JSS

Alors que l’administration Obama se démène pour concevoir une stratégie afin de s’occuper de l’intransigeance iranienne sur la question de l’enrichissement de l’uranium, celle-ci semble se diriger vers l’imposition d’un embargo international sur les ventes d’essence à l’Iran.

Cette interdiction serait appliquée au cas où les responsables iraniens n’arriveraient pas avec un plan de négociation acceptable, au plus tard lors de réunion de l’Assemblée Générale des Nations-Unies, qui se tiendra fin septembre – date limite fixée par la Maison Blanche pour une démarche constructive de la part de l’Iran.
Bien sûr, l’Iran est un producteur majeur de pétrole. Il a extrait quelques 4,3 millions de barils par jour en 2008. Mais l’Iran est également un très gros consommateur de produits pétroliers. Crependant, son industrie pétrolière a une faiblesse structurelle importante : sa capacité de raffinage est trop réduite pour satisfaire les besoins du pays en essence. Par conséquent, l’Iran est obligé d’importer environ 40% des produits raffinés dont il a besoin. Les responsables du gouvernement iranien essayent de réduire cette dépendance par le biais du rationnement et d’autres mesures, mais ce pays reste très vulnérable à toute réduction des importations d’essence.
A Washington, nombreux sont ceux qui voient cette vulnérabilité iranienne comme une occasion de contraindre ce pays à abandonner son programme d’armement nucléaire. Bien que les responsables iraniens nient rechercher des armes nucléaires, de nombreux analystes occidentaux pensent que l’effort d’enrichissement en cours actuellement à l’énorme installation de centrifugation de Natanz est destiné à produire de l’uranium hautement enrichi pour une bombe iranienne qui finira par exister.
Malgré la pression exercée par les Etats-Unis et l’Union Européenne, Téhéran a refusé de cesser son activité à Natanz ou de considérer la ralentir dans le cadre du processus de négociation. Les partisans d’un embargo sur l’essence soutiennent que les sanctions devraient être la prochaine étape au cas où l’Iran persisterait dans cette voie.

Si l’Iran ne se présente pas avec une position de négociation constructive lors de la prochaine réunion de l’Assemblée Générale des Nations-Unies, en septembre, la Maison Blanche devrait mettre au point un ensemble de tactiques comprenant d’autres options que la guerre. Attaquer l’installation de centrifugation de Natanz et d’autres installations nucléaires iraniennes pourrait retarder les ambitions nucléaires de ce pays, mais cela pourrait aussi décle,cher un conflit plus large qui nuirait sévèrement aux intérêts vitaux des Etats-Unis.


Pour être efficace, une interdiction sur l’essence nécessiterait l’approbation de la Russie, de la Chine, de l’Inde et d’autres puissances clés qui sont réticentes à l’idée d’imposer des sanctions sévères contre l’Iran. Ces pays commercent beaucoup avec l’Iran et ne mettront probablement pas en danger leur position bien établie là-bas, en se pliant à la mesure soutenue par les Etats-Unis.
La Chine et la Russie, qui disposent du droit de veto au Conseil de Sécurité de l’ONU, n’approuveront probablement pas toute mesure qui entraînerait une interdiction sur l’essence au moyen d’un blocus naval dans le Golfe Persique et l’Océan Indien – une action essentielle pour empêcher les contournements et la contrebande. Avec le soutien tacite de ses partenaires commerciaux, les Iraniens pourraient facilement contourner l’embargo par divers moyens.

Par Michael T. Klare (Foreign Policy In Focus)

Publié dans Ayatolland d'Iran

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chaibane 25/08/2009 01:09

L'Iran se prépare à attaquer par surprise Israël ou alors ses préparatifs sont d'ordre défensifs. Seuls les experts en la matière qui disposent d'un dossier en béton sur le potentiel militaire iranien sont capables de répondre grosso modo à cette interrogation. A mon modeste avis, de blogueur, le programme nucléaire iranien est une sorte de puzzle. Plusieurs pays ou organisations liés à Téhéran sont chargés chacune de construire un élément de ce programme. L'essai atomique iranien aura lieu peut-être au Soudan où au Vénézuela. Pendant que l'attention est fortement concentrée sur Natanz, d'autres programmes nucléaires clandestins sont probablement menés ailleurs. Mais, ce n'est qu'une hyphotèse et on ne doit rien négliger. Quant aux satellites d'observation et de surveillance, ils sont semble-il souvent défaillants. Nathan Chaibane 

fouh souhail 24/08/2009 20:10

 Les Américains ont en quelque sorte ouvert les yeux concernant la question iranienne, en particulier après la répression des émeutes qui ont suivi les présidentielles iraniennes et le temps perdu par l’Iran en réponse à la proposition de dialogue
Ne serait pas surpris si Israël attaquait l’Iran avant la fin de cette année. C’est une lourde charge pour Israël.
 

c.rahamim 24/08/2009 18:03

La Russie est l'empire d'essence, ca va de pire en pire, les sens interdits, dessus dessous, ca rend l'Iran  barg(e)ot...

andrew 24/08/2009 17:28

Et, donc,alors,l' iran continue ,de nous....le mettre,bien profond..........

JSS 24/08/2009 17:57


;-)