L'évolution du monde sépharade...

Publié le par JSS

http://paris1.mfa.gov.il/mfm/data/142074.jpgLorsque les sionistes ont défini le projet nationaliste juif, c’est principalement en Europe chrétienne qu’ils ont puisé leur inspiration. Le sionisme est né dans l’esprit de juifs ashkénazes non religieux.

Il ne pouvait en être autrement pour trois raisons simples:

- Les religieux n’imaginaient la renaissance nationale juive qu’avec la venue du Messie.

- Les séfarades vivaient un judaïsme beaucoup moins en confrontation que les juifs vivant en terre chrétienne.

- Les séfarades vivaient au XIXème siècle dans des sociétés hors d'atteinte du modernisme.

Au début du sionisme, c’est souvent l’idéologie socialiste qui servit de modèle, et nombre des premiers pionniers voyaient dans la réalisation sioniste, non le renouveau national juif, mais l’accomplissement du rêve internationaliste.

L’idéologie socialiste  n’est plus un idéal partagé par les israéliens, mais c’est toujours en grande partie à partir des schémas de l’Europe chrétienne que l’Etat d’Israël s’identifie (démocratie parlementaire, économie de marché, etc.)

61 ans après sa création, l’Etat d’Israël est reconnu comme un état occidental, démocratique et développé au sens entendu des valeurs occidentales.

Il est évident que l’idée Sioniste telle que définie n’aurait jamais pu naître dans l’esprit de juifs séfarades qui vivaient en Terre d’Islam un judaïsme relativement différent de ce que fut le judaïsme Ashkénaze, que ce soit en Iran, Irak, Yemen ou Ethiopie, ou même dans le Maghreb avant l’influence française et l’Alliance Israélite Universelle, ou après.

Les juifs séfarades, sont d’ailleurs devenus une réserve humaine pour le judaïsme orthodoxe ashkénaze lithuanien, si l’en en croit par l’arrivée au Maroc au début du XXème siècle du Rabbin Zeev Alperin, qui jouera un rôle important dans « l’ashkénazisation » des juifs orthodoxes marocains.

Parallèlement à la construction de l’Etat des juifs, (je dis l’Etat des juifs car pour moi, l’état juif est et sera toujours en construction) les religieux orthodoxes ashkénazes qui continuent pour beaucoup d’être antisionistes, ou au moins suspicieux vis-à-vis de l’Etat israélien, ont imposé leur vision du judaïsme, marqué par la rigueur des Yéshivot lithuaniennes.

Les rabbins séfarades avaient pourtant une longue tradition et réputation dans l’étude de la Thora et du Talmud, mais par la force des choses, quittant les pays arabes et débarquant en Israël,  ils ont étudié dans les seules structures existant alors, celles dirigées par les orthodoxes du parti Agoudat Israël.

C’est donc logiquement qu’ils furent influencés par la tradition rigoriste du judaïsme orthodoxe européen, et particulièrement le courant lithuanien.

Le patrimoine des grands sages irakiens, marocains, algériens ou venant d’Espagne est pourtant gigantesque. Ce sont des rabbins séfarades qui ont écrit la Kabbale, ce trésor de la mystique juive, et de nombreuses communautés reconnues par la suite comme ashkénazes en Grande Bretagne, en Hollande en Tchéquie ou ailleurs furent à l’origine le fruit de l’exil de séfarades d’Espagne, du Portugal ou du Sud de l’Europe.

La différence essentielle entre ces deux judaïsmes vient des méthodes dans l’étude et du rigorisme.

Les grands rabbins séfarades sont à l’origine de très nombreuses décisions jurisprudentielles (Taquanoth, ou responsa halakhiques) rendues contre la Loi au sens formel (Halakha), mais en respectant l’esprit des Lois et les fondements de la civilisation juive. Ces décisions courageuses étaient prises avec l’objectif quasi obsessionnel de résoudre des problèmes humains apparus avec le temps.

Quelques exemples prouvent la sagesse, la tolérance, et l’ouverture d’esprit de ces maîtres séfarades qui brillaient dans tant de sciences profanes en dehors du judaïsme :

- A Meknès le Rabbin Raphaël Berdugo malgré l’interdiction halakhique, autorisa le remariage d’une femme avec son ancien mari (converti à l’islam) qui lui avait pourtant donné le « guet » ! Au motif qu’ainsi le Juif converti à l’Islam ne serait peut-être par perdu pour le judaïsme, et qu’en tout cas, c’était bien la seule chance pour le récupérer.

- Le Rabbin Ankaoua, autorisa la circoncision d’un enfant né d’une femme non juive, mais d’un mari juif au motif que c’est le premier pas vers la conversion.

Dans les pays séfarades, il n’y avait pas deux « cacherout ». Les rabbins mangeaient exactement les mêmes aliments que toute
la communauté. Lorsqu’un aliment était autorisé, le rabbin se faisait un honneur de le manger pour montrer l’exemple.

Parmi les juifs orthodoxes séfarades, les femmes ne se rasaient pas la tête.

Ainsi, depuis le dixième siècle et jusqu’en 1956, des centaines de décisions furent prises avec courage par les maîtres du judaïsme séfarade concernant les contrats de mariages, ou les lois sur les échanges commerciaux. Ces décisions allaient parfois à l’encontre de la Halakha définie par un rabbin séfarade, Rabbi Yossef Karo.

Aujourd’hui, trop souvent, les décisionnaires potentiels se réfugient derrière le postulat qu’on ne peut pas changer la Loi établie il y a 2000 ans parce que ceux qui ont promulgué ces Lois étaient de Grands Sages inspirés.

Il faudrait pour amender ces Lois, qu’un Grand Sanhédrin (Tribunal) soit réuni !

Mais compte tenu du nombre de courants différents c’est clairement impossible

Il faut bien reconnaître que c’est bien de la faiblesse que de se réfugier derrière cet argument car il est beaucoup plus facile de ne rien changer que de changer.  C’est comme en politique, l’immobilisme est la stratégie facile puisque moins risquée. Mais comment ne rien changer quand tout change autour de vous ?

Personne n’ose intervenir pour rappeler que le judaïsme se caractérise par sa passion d’ouverture, de tolérance et par sa volonté de vivre avec son temps. Israël, ni la diaspora juive ne doivent vivre en ostracisme !

C’est parce que des Grands comme Maïmonide étaient érudits en philosophie grecque qu’ils ont pu écrire contre l’avis des orthodoxes de leur époque le guide des égarés.  Il en est de même pour la judaïsation du sionisme indispensable à la construction et la survie d’Israël en tant qu’Etat Juif.

Sans remettre en cause l’apport considérable du judaïsme orthodoxe ashkénaze, cette judaïsation serait bienvenue de s’inspirer de ce que fut la tradition séfarade d’un judaïsme ouvert.

Bernard Darmon

http://bernarddarmon.unblog.fr/

 

Pour tous ceux qui sont intéressés par ce sujet, je vous invite à retrouver l'excellent blog http://lemondejuif.blogspot.com/ et en particulier un excellent article :

http://lemondejuif.blogspot.com/2008/05/le-systme-halakhique-du-rav-ovadia.html  L’auteur de cet article semble indiquer que le Rav Obadia Yossef est justement celui qui coupe le cordon avec l'orthodoxie ashkénaze et reprend le flambeau du judaïsme Séfarade en mouvement.

Publié dans Tribune Libre

Commenter cet article

c.rahamim 14/08/2009 12:22

L'essentiel est que tous les Juifs se soient retrouves sur leur terre, apres un tres long voyage, et aient apportes tous le savoir accumules, l'ont partage, et on fait refleurir le plus beau et le plus merveilleux pays du monde, et yamoutou hakana'im!

Aschkel 14/08/2009 09:51

Tout a fait d'accord avec vous deux, La vitalité du judaisme aujourd'hui doit une fière chandelle au judaisme sépharade.Il me semble que le sionisme formé de toutes ses composantes et la plus belle des aventures humaines de ces 150 dernières années. 

sacha 14/08/2009 09:40

Un des premiers rabbins à prôner concrètement et avec des moyens matériels le retour collectif du peuple juif en Israel est le rabbi séfarade Alkalai, près de 50 ans avant Herzl, dont le père possédait dans sa bilbiothèque les ouvrages d'Alkalai... Bien sûr, pour lui, il n'est pas question du Bund ou de socialisme, mais il anticipait le principe du retour à la terre, du travail manuel comme renouveau, sous l'égide de la Torah.

joel 14/08/2009 09:21

Excellent article qui prouve deux choses :
Le Judaïsme séfarade n'est pas  un judaïsme de seconde zone , comme peuvent le croire des gens mal informés. Le niveau d'étude des séfarades étaient très élevés ;
 
Le Judaïsme séfarade  est bien "le sang  neuf " qui a donné un nouveau souffle à la vision sioniste ( laïque ) des juifs d'Europe centrale quelque peu éloignés de leur héritage  religieux et culturel .
 
De tout façon , l'ensemble des petites divergents de ces fameuses "divers tendances " n'ont fait que remettre en question et enrichir le Judaïsme actuel .