Les dictateurs ont changé de recette

Publié le par JSS

http://papundits.files.wordpress.com/2007/09/chavez_and_ahmadinejad.jpgComment rester au pouvoir indéfiniment en maintenant des apparences de démocratie.

En guise de marmitons, choisissez des juristes plutôt que des lieutenants-colonels et comme ingrédients principaux, plutôt le référendum et l'amendement constitutionnel que le tank ou l'assaut sur le palais présidentiel. Les modes changent, surtout en cuisine, mais le résultat est toujours le même: les dictateurs parviennent à maintenir l'apparence de la démocratie tout en restant au pouvoir aussi longtemps qu'ils le peuvent.

Bien sûr, cette constante ne saurait effacer les particularismes culturels et chaque pays accommode la recette au goût des élites locales. Ainsi, au Zimbabwe, la recette des élections qui maintiennent Robert Mugabe au pouvoir depuis 29 ans émet un bouquet plus relevé que celle appliquée en Russie, où l'élection d'un nouveau président ne change rien au fait que Vladimir Poutine continue de tirer toutes les ficelles. En Iran, où on apprécie un zest de religion et où le chef suprême du pays, Ali Khamenei, a affirmé que la victoire écrasante du président Mahmoud Ahmadinejad était un «signe du ciel», les milices autorisées à tabasser les manifestants constituent une garniture des plus appréciées.

En Amérique latine, la grande nouveauté est la manipulation de la constitution. Au Honduras, Manuel Zelaya a essayé de suivre cette recette en modifiant la loi afin de rester au pouvoir pour un second mandat, mais il n'a réussi qu'à provoquer une indigestion chez les plus riches qui pourrait lui être fatale.
Voici donc la recette qui fait aujourd'hui le succès des autocrates de tout poil.

Ingrédients

  • Des millions de citoyens très pauvres.
  • Des inégalités abyssales.
  • Une pauvreté inimaginable cohabitant avec une richesse obscène.
  • De l'injustice, de l'exclusion et de la discrimination raciale.
  • Une corruption omniprésente.
  • Une élite politique et économique arrogante, persuadée que «nous contrôlons la situation, rien n'arrivera ici.»
  • Des partis politiques discrédités.
  • Une classe moyenne apathique, déçue par la démocratie, la politique et ceux qui la font.
  • Un parlement, une justice et des forces armées ramollies par un bain prolongé dans une marinade à base d'indolence, de gaspillage et de corruption. Il doit être facile d'acheter un juge, un sénateur ou un général.
  • Des médias que leurs propriétaires utilisent pour promouvoir leurs intérêts économiques ou politiques.
  • Une superpuissance étrangère neutralisée, distraite par d'autres priorités ou empêtrée dans trop d'aventures militaires.
  • Une opinion internationale atteinte de troubles de l'attention aigus et ne s'intéressant pas vraiment à la manière dont les autres pays sont gouvernés.
  • Un ennemi extérieur que l'on peut pointer du doigt. La CIA est l'exemple idéal, mais un pays voisin peut également faire l'affaire. Ou des immigrés ayant une couleur de peau différente. Si rien ne marche, essayez les Juifs et le Mossad.
  • Des «milices du peuple» bien armées, bien entraînées et prêtes à briser les membres de ceux qui s'opposent au régime. Il n'est pas nécessaire que ces milices soient très nombreuses. Il suffit que les brutes qui les composent intimident la population en pratiquant le tabassage, l'assassinat, l'enlèvement ou d'autres formes de violence.

Préparation

1. Secouez bien les populations les plus pauvres grâce à une campagne qui monte certaines catégories contre d'autres. Saupoudrez de ressentiment, de rancœur électorale et de populisme économique. Faites évaporer toute harmonie en faisant bouillir la marmite sociale.
2. Prenez le pouvoir au cours d'élections démocratiques. Vous y arriverez plus facilement si vos rivaux sont corrompus et discrédités et si vous savez acheter les votes. Au cours de la campagne, proclamez votre volonté de lutter contre la corruption et de reprendre aux riches ce qu'ils ont volé aux pauvres.
3. Après avoir remporté les élections, organisez-en d'autres, mais ne les perdez pas. Les élections ne servent pas à défendre la démocratie, mais à décorer votre assiette.
4. Rafraîchissez le haut commandement militaire en nommant des officiers loyaux au président. Récompensez-les en leur faisant des cadeaux de toute sorte et punissez ceux qui manquent d'enthousiasme. Espionnez-les tous, tout le temps.
5. Faites la même chose avec la magistrature.
6. Lancez une campagne visant à obtenir la modification de la constitution par référendum. Obligez les employés des services publics à voter et assurez-vous que certains membres de l'opposition sont contre cette initiative. Persuadez le reste de l'opposition que son vote n'a aucun poids.
7. La nouvelle constitution doit garantir tous les droits des citoyens, surtout les plus pauvres, tout en ramenant leurs devoirs et leurs obligations au minimum. Promettez de réduire la pauvreté et de faire disparaître les inégalités. Dans le texte lui-même, insérez des provisions, rédigées dans un langage incompréhensible pour l'homme de la rue, qui affaiblissent ou suppriment la séparation des pouvoirs, concentrent l'autorité dans les mains du président et lui permettent de se représenter indéfiniment.
8. Discréditez, rabaissez, cooptez, achetez et réprimez l'opposition.
9. Contrôlez les médias. Tolérez quelques voix critiques que personne n'écoute, cela vous permettra de faire taire ceux qui vous reprochent de museler la presse.
10. Répétez le point trois, indéfiniment.

Bon appétit !

Moisés Naím est rédacteur en chef du magazine Foreign Policy.

Cet article a été publié par le Washington Post le 2 août 2009. Traduit par Sylvestre Meininge pour Slate.fr.

Publié dans Tribune Libre

Commenter cet article

Chaibane 15/08/2009 01:27

L'allemagne nazie qui produisait des armes sophistiquées et à l'époque déjà à plier les genoux devant la puissance militaire des Etat-Unis, de la Grande- bretagne et l'Union soviètique qui n'étaient en vérité que les instruments du Très-Haut. Ce ne sont pas deux clowns, aujourd'hui qui vont continuer à narguer les puissances de l'OTAN. Les deux fripouilles ont dépassé les bornes et la patience a ses limites. Ils n'ont pas retenu la leçon du sort qui a été réservé par l'Eternel à ceux qui ont fait du mal aux enfants d'Israël comme Pharaon et Hitler. Nathan Mostafa Chaibane

joel 12/08/2009 10:16

Sur le n°14 ,j'attendais de Brüno  un petit commentaire ,une petite pleurnicherie habituelle  ou simplement un copié/collé !Hélas rien , mais rien de rien !En panne de venin ?

Gally 12/08/2009 09:16

Rien à rajouter à tout ce qu'il t'a été dit.Et effectivement, arrête de faire ta pleureuse, l'histoire de la poutre et de la paille, ça devient très vite lassant...NB : quand on te disait de faire plus court, ce n'est pas sur les textes, (on ne demanderait d'ailleurs que de te voir pondre autre chose que des reflexions sur Siné dont je te "rappelle" qu'il avait un lourd passif avant cette histoire (dont Euro-Palestine avec une belle brochette de phénomène tellement puants que même Leila Chaid s'en était désolidarisée) et une sortie plus que douteuse sur Radio Carbone), c'est sur les sanglots et les plaintes qui résument ta "discussion"

joel 11/08/2009 20:37

Fais court et arrête de nous vendre ton baratin à deux balles , on pourra peut-être devenir copains , quoique ...Tu as encore un long chemin à faire .Dans ta tête .

joel 11/08/2009 20:33

C'est mieux Bruno  !Mes commentaires sont en bleu , et je te défie de trouver un propos injurieux contre les musulmans !Les islamistes , peut-être des railleries guère plus !Contre les Kons , c'est sur .J'ai des amis musulmans que je respecte , qui me respectent .J'ai grandi avec eux dans le 93 ,je les connais .