L'Iran tue ses opposants

Publié le par JSS

Un soldat iranien, qui avait été arrêté la semaine dernière pour avoir volé des armes pour un groupe d'opposition au régime, a été tué en détention. Son corps a été rendu à sa famille samedi, selon une source de Téhéran.

Toujours selon cette source, les corps de plusieurs dissidents, arrêtés lors des protestations contre le régime iranien ces dernières semaines et tués en prison, ont aussi été rendus à leurs familles.

« A Meshed, je connais trois jeunes soldats qui ont été arrêtés. Un de ces corps a été rendu à la famille et quand j'ai appelé ces derniers pour le faire part de mes condoléances, sa sœur m'a dit qu'il semblait avoir été battu à mort. » a expliqué un iranien qui préfère rester anonyme.

Il ajoute : « Beaucoup de personnes en avaient assez de simplement protester dans la rue. Ils étaient près à passer à l'action. Le gouvernement devait donc faire tout ce qui était en son pouvoir pour éviter cela. »

Le gouvernement iranien aurait construit des nouveaux lieux de détention dans la banlieue de Téhéran et dans les grandes villes pour faire face aux nombreuses protestions qui ont suivi les résultats des élections présidentielles.

De nouveaux gardes auraient aussi été recrutés dans les petites villes et les villages pour renforcer les rangs des forces de sécurité.
Les autorités iraniennes n'ont pour le moment fait aucun commentaire à ces différentes accusations.

Par ailleurs, le premier procès pour les "émeutiers" du mouvement de contestation postélectorale a débuté samedi.

Une centaine de militants politiques et de manifestants, arrêtés depuis le 12 juin, dont des responsables de premier plan de l'opposition réformatrice, ont comparu à Téhéran. Les accusés sont suspectés d'avoir conspiré une "révolution de velours" pour renverser la république islamique, pour attaquer des bâtiments officiels et militaires ou encore pour s'être liés avec des groupes d'opposition armés.

Ils seraient plus de 100 et risqueraient la peine de mort. Certains ont reconnu les faits mais selon les organisations de défense des droits de l'Homme, qui parlent de "procès-spectacle", les aveux ont dû être obtenus par de mauvais traitements.

http://fr.jpost.com

Publié dans Ayatolland d'Iran

Commenter cet article