Lettre ouverte aux membres du Conseil des Droits de l’Homme

Publié le par JSS

http://www.lexpress.fr/medias/167/onu-droits-homme-paris_11.jpgLettre ouverte aux membres du Conseil des Droits de l’Homme en mission d’enquête suite au conflit de Gaza – par Ben Dror Yemini

 

Les partisans de la justice à travers le monde – si tant est qu’il en existe encore – entretiennent peu d’espoir qu’il ressorte quelque chose de positif de votre comité. Après tout, ce comité a été établi par le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, qui s’est distingué par son hostilité vis-à-vis d’Israël. Mais malgré cela, permettez-moi de franchir les lignes.

Permettez-moi de croire que les faits influencent les braves gens. Et s’il est parmi vous des gens de bonne foi, voici l’opportunité historique de vous élever au-delà des dictats de la majorité politique du Conseil des Droits de l’Homme, cette majorité qui comprend des représentants de pays peu éclairés réprimant les droits humains.

Chers membres estimés de ce comité, ne croyez pas les porte-parole officiels de l’Etat d’Israël. Ils sont évasifs. Ils sont hésitants. Ils savent qu’aucune des déclarations qu’ils feront ne seront acceptées. Et vous devez savoir qu’ils ont également des difficultés à présenter la vérité telle qu’elle est. Israël, contrairement à ce que l’on vous dit, n’a pas lancé d’attaques sur Gaza à cause de quelques missiles Kassam ou d’éventuelles violations du cessez-le-feu. Bien que cela en fût la raison officielle –et apparemment justifiée– ce n’était pas la cause principale.

Les missiles nuisent sérieusement. Aucun de vous ne serait préparé à vivre, ne serait ce qu’une minute, ici à Genève, si un groupe, à 3 kms de là, adoptait l’étrange coutume de tirer 30 missiles par jour sur cette ville paisible. On peut douter que quiconque alors recommande une retenue telle que celle pratiquée par Israël durant des années.

Et malgré cela, c’est une histoire bien plus longue. Un conflit de plusieurs années entre Israéliens et Palestiniens. L’histoire est bien connue. Israël, certes, a fait des erreurs. Par exemple, l’installation de civils dans la bande de Gaza. A un certain moment, Israël a fait part de sa volonté de quitter la bande de Gaza. Jusqu’au dernier centimètre. Jusqu’au dernier Israélien. Certains ont refusé de croire qu’Israël le ferait. Ce ne fut pas aisé, mais c’est ce qui a été fait. Peu après, le Hamas prit le contrôle de la bande de Gaza. Pour une raison étrange, le monde refusa de voir les atrocités commises.

 Des centaines de personnes ont été tuées. D’autres furent détenues. Un règne de terreur a saisi Gaza. Même la minorité chrétienne fut persécutée. Une police des mœurs de style iranien a commencé à envahir les rues et le régime a instauré la Sharia (loi islamique).
http://resources.pihomebuild.com/sites/19/images/gaza_sderot_missiles.jpgMais ce n’est pas tout, chers membres du comité. Le régime du Hamas fait partie du mouvement Islamique radical. C’est un régime qui reçoit la majeure partie de son budget des Ayatollahs d’Iran. Un régime dont la Charte officielle appelle à la destruction de l’Etat d’Israël. Une Charte qui s’est inspirée du « Protocole des Sages de Sion ».

Ce régime ne se limite pas aux paroles, il agit. Depuis plusieurs années, le Hamas a méthodiquement procédé au meurtre de Juifs innocents. Un régime dont les porte-parole prêchent au sein de ses écoles et de ses mosquées l’extermination des Juifs.

Mais il n’y a pas que cela. Plusieurs personnes ont des problèmes avec les faits, chers membres du comité. L’aveuglement a toujours été un refuge confortable. Parce que les porte-parole du Hamas ne se sont pas limités aux Juifs ou à l’Etat d’Israël. Ils déclarent ouvertement qu’ils visent aussi l’Europe. Le monde a déjà fait l’expérience de l’aveuglement et les Juifs en ont déjà payé le prix. Cela suffit.

Dans ce contexte, Israël peut-il se permettre d’attaquer Gaza ? Cela mériterait une comparaison avec les représentants de pays démocratiques confrontés aux mêmes situations. Tout d’abord, les pays européens ont envoyé leurs troupes au loin, en Afghanistan. Pourquoi ? Parce qu’un groupe Islamique radical, les Talibans, menaçaient de détruire l’Europe. Néanmoins, les pays occidentaux ont trouvé juste de s’y rendre pour combattre en pays étranger, afin de stopper le danger de l’Islam radical. Et ce combat a causé des milliers de victimes innocentes. Lisez donc le rapport du Secrétaire général des Nations-Unies à ce sujet.

Pour quelle raison personne n’a enquêté sur les victimes civiles ou les crimes de guerre commis ? Parce que la majorité du monde libre pense que c’est un combat juste. Les Talibans représentent un danger, peut-être le danger régional et mondial à venir le plus menaçant. Si c’est le cas, pourrez-vous, chers membres du Comité, nous expliquer pourquoi le combat contre le Hamas l’est moins que celui contre les Talibans ? Après tout, la menace contre Israël est bien plus grande. Les appels à la destruction d’Israël figurent dans leur charte officielle, tout comme le fait qu’elle soit basée sur les« Protocoles de Sion ».

Le Hamas a clairement reconnu être sous la coupe de l’Iran et s’identifier avec les Talibans. Alors, pourquoi Israël devrait-il réagir différemment du monde libre qui réagit face aux Talibans ?

http://static.cozop.com/imgdepot2/6/1/b/55413ae26c84ce53889c80379165e61b.jpgCela justifie-t-il les couvre-feux  et blocus imposés aux résidents gazaouis ? Israël n’a nulle intention de toucher un seul cheveu d’un des enfants de Gaza. Mais nous vous rappelons ce qui s’est produit en Europe centrale au moment de combattre le régime de Milosevic : des centaines de civils innocents ont été tués par des bombardements incessants.

Ce n’était pas intentionnel. Cela s’est produit au cours d’opérations militaires contre l’agression. Milosevic ne menaçait pas l’Europe de destruction. Cela relevait d’affaires internes. Dans le cas du Hamas, la menace est bien plus sérieuse –tant dans l’intention de détruire Israël que dans les appels au Djihad pour prendre le contrôle de Europe. Si vous cherchez des preuves, n’hésitez pas. En voici quelques unes.

Parmi vous, chers estimés membres du comité, siège Hina Jilani représentant le Pakistan.
Ce pays a un problème similaire. Chère Madame la représentante, dites-leur ce qui s’est produit ces derniers mois. Parlez-leur d’un petit groupe Islamiste radical qui a tenté de prendre le pouvoir dans votre pays. Expliquez-leur quels moyens l’armée pakistanaise a dû employer. Indiquez-leur que cela a mis 2 à 3 millions de réfugiés sur les routes.

Que des villages entiers ont été balayés bien que la plupart de leurs habitants aient été des civils innocents. Qu’un membre de votre Parlement, Marvi Memon, a commenté ainsi les atrocités perpétrées : « C’est eux ou nous ». Si simple et si vrai. Et dans tous les cas, ce qu’a fait Israël est bien plus modeste et modéré comparé au Pakistan. A présent, chère Madame, dites nous pourquoi le Pakistan a le droit de se défendre, même en prenant des mesures fermes, alors qu’Israël n’en a pas le droit.

Il y a un dénominateur commun à ces situations : des innocents seront inévitablement blessés. Ce qui est regrettable ; mais ni les Talibans ni le Hamas ou Al Qaida n’ont droit à l’immunité parce qu’ils se cachent au sein de leur propre population. Oui, il faut appeler à la prudence. Mais Israël a-t-il procédé différemment de ce que l’Europe a fait en Serbie ou l’OTAN en Afghanistan ou encore le Pakistan sur son territoire ? La justice diffère-t-elle lorsqu’il s’agit d’Israël ou du reste du monde ?

http://photo.parismatch.com/media/photos2/actu/monde/refugies-sri-lanka-derriere-les-barbeles/630653-1-fre-FR/actu-monde-Refugies-Sri-Lanka-derriere-les-barbeles_articlephoto.jpgPour mémoire, chers membres estimés du comité, il y a quelques semaines, avec une majorité de 29 voix pour et 12 contre, le Conseil qui vous a désigné a fait l’éloge du Sri Lanka après les combats contre les rebelles Tamouls. Décision plutôt problématique. Car 20 000 personnes innocentes ont été assassinées en quelques semaines de guerre qui ont causé 300 000 réfugiés. Bien après les événements de Gaza. Alors, en position de juges, établiriez-vous une loi différente pour Israël ?

Ces dernières semaines, plusieurs témoins sont venus vous prouver que plusieurs innocents ont été blessés. Nul besoin de parade. Des innocents ont été blessés de façon indéniable. Mais Israël n’est pas à blâmer. Ils ont été blessés parce qu’ils ont choisi de se soumettre au règne de la terreur du Hamas. Ils ont été blessés parce qu’ils ont donné refuge aux terroristes du Hamas. Ils ont été blessés parce qu’ils ont été exploités par le Hamas, parfois contraints. En tout état de cause, Israël a fait moins de blessés que n’importe quel autre conflit dans le monde, y compris ceux où d’autres pays démocratiques ont été impliqués. Y aurait-il des critères différents pour Israël par rapport à ceux de l’OTAN ? D’autres critères selon qu’il s’agit d’Israël ou du Sri Lanka, du Pakistan ou des Etats-Unis ?

Comme vous le savez, Israël se prépare à arrêter toute opération militaire et annonce un cessez-le-feu mettant fin au couvre-feu ; à une condition : que le Hamas renonce à sa charte antisémite et appelant à la destruction d’Israël. Tant que le Hamas ne prouvera pas qu’il renonce à ces intentions, personne au monde n’aura le droit d’empêcher Israël de se défendre, même si à travers cette lutte, d’innocentes personnes, non terroristes, sont malheureusement blessées. Dans ce cas, si une méthode permettant de ne tuer que des terroristes – sans victimes innocentes- est découverte en Afghanistan ou en Europe, en Algérie ou au Pakistan, Israël sera le premier à l’adopter.

Chers membres du comité conduisant l’enquête, en position de juges d’un tribunal international, vous avez à présent l’opportunité historique de rétablir la vérité. Vous avez l’opportunité de donner un sens profond à la justice internationale – en transformant cet outil politique odieux en instrument d’équité.
Ne manquez pas cette occasion.

par Ben Dror Yemini

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article