Israël n'expulsera pas les clandestins musulmans du Darfour

Publié le par JSS

Le ministre israélien de l'Education nationale, Gidéon Saar, s'est prononcé fermement contre l'expulsion; à partir de la semaine prochaine de milliers de familles entières de clandestins.

"Expulser des enfants, ce n'est ni tolérable, ni légal (...), ni conforme à la tradition juive", a déclaré le ministre à la radio publique, indiquant être intervenu à ce sujet auprès du ministre de l'Intérieur, Elie Yishaï. "Ces enfants ont grandi en Israël et ne connaissent le plus souvent pas d'autre langue que l'hébreu", a-t-il souligné.

Un millier de personnes avaient manifesté le 18 juillet à Tel-Aviv contre l'expulsion de clandestins et de leurs enfants. Le ministère de l'Intérieur en Israël a renforcé en juillet la répression contre l'immigration illégale avec l'entrée en action de l'unité Oz.

Des travailleurs clandestins venus d'Asie ainsi que des milliers de réfugiés du Darfour, rejetés par l'Europe entière vont donc pouvoir vivre sereinement en Israël, sur la terre promise ! En 2006 déjà, Israël avait permis exceptionnellement à 600 familles de travailleurs clandestins avec des enfants de régulariser leur situation.

Selon le ministère de l'Intérieur, 300.000 personnes résident illégalement en Israël sur une population globale de 7,4 millions d'habitants, ce chiffre comprenant 100.000 travailleurs clandestins, leurs familles, des touristes ayant prolongé leur séjour et des Palestiniens.

Commenter cet article

Esther 26/07/2009 16:53

je suis egalement d'accord avec vous cependant, nous nous  devons de ne pas  nous soustraire a l'ethique morale juive qui fait notre grandeur face aux nations..Et je me demande, je me dis, que ces personnes la ont peut etre le merite de vivre sur notre terre..Ils partageront avec nous nos guerres, nos attentats, la pluie et la secheresse.... et la gueoula!

Yéhoudi 26/07/2009 15:39

Emeth!!

andrew 26/07/2009 15:04

TOUT A FAIT D ACCORD AVEC TOI HAIM!!!

Haim 26/07/2009 14:41

C'est beau, mais je me demande parfois si on en fait pas un peu trop face aux etrangers et pas assez avec nos indigents. "Aniye Irkha kodmim".