Washington/Téhéran: l'heure du clash approche!

Publié le par JSS

La Maison Blanche annonçait une conférence de presse sur les impôts, la politique de santé publique et l'Iran. Mais ce dernier thème a quelque peu éclipsé les deux autres : depuis plusieurs jours, le débat fait rage à Washington sur l'attitude à adopter face au régime iranien. Hier, le président américain a donc voulu marquer clairement sa position : "Les Etats-Unis d'Amérique et la communauté internationale sont horrifiés et indignés par les menaces, la violence exercée contre les manifestants et les arrestations de ces derniers jours. Je condamne ces actes injustes avec la plus grande sévérité, a-t-il déclaré."

L'administration du président américain Barack Obama a par ailleurs écrit au guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, avant l'élection pour proposer une amélioration des relations entre les deux pays. Citant "un Iranien ayant eu connaissance de cette ouverture", le quotidien Washington Times de mercredi indique que cette lettre a été envoyée entre le 4 et le 10 mai et qu'elle suggérait une coopération régionale et bilatérale et des discussions sur le programme nucléaire iranien.

Comme ses homologues européens, Barack Obama a rappelé le droit fondamental des Iraniens à la liberté d'opinion et de réunion. Mais sur les résultats controversés, qui sont au coeur de la crise politique, le président américain s'est bien gardé de tout commentaire. Il ne s'agirait pas de donner raison aux dirigeants iraniens, qui l'accusent de se mêler à tort des affaires iraniennes. Il a réfuté toute intervention des Etats Unis : ni les USA, ni ses services secrets la CIA ne sont responsables de l'agitation soudaine à l'intérieur du pays.

Mais si le président américain rejette toute forme d'ingérence, il a toutefois mis en garde le gouvernement iranien sur les conséquences de cette crise : "Le gouvernement iranien devrait comprendre que son attitude à l'égard des mouvements d'opposition, qui émanent exclusivement du peuple lui-même, ne marquera pas seulement l'avenir du pays, mais aussi ses relations avec les autres Etats."
Les Etats-Unis et la communauté internationale sont choqués et outrés par les menaces, les violences et les arrestations, a d'ailleurs déclaré Obama. Il a indiqué que la politique de son gouvernement vis-à-vis de l'Iran dépendrait de l'évolution de la situation dans le pays. Selon les médias d'Etat iraniens, l'un des trois candidats vaincus à l'élection présidentielle, Mohsen Rezaï, a retiré sa plainte contre le scrutin contesté. Il a justifié sa décision par la situation sécuritaire dans le pays. Par
 ailleurs, Amnesty International a appelé Téhéran à faire cesser les violences contre les manifestants et à respecter les droits de l'Homme. L'organisation a aussi exhorté la communauté internationale à ne pas relâcher ses pressions sur le pays.
L'heure du clash approche...

Publié dans USA

Commenter cet article