Obama: "Moussavi, Ahmadinejad: même combat"!

Publié le par JSS

Barack Obama estime qu'il existait peu de différences dans les options politiques du président iranien Mahmoud Ahmadinejad et celles de son rival, Mirhossein Moussavi.

L'Iran a connu mardi un quatrième jour de manifestations massives sur fond de résultat contesté par les partisans du réformateur Moussavi, battu dès le premier tour par le conservateur Mahmoud Ahmadinejad selon les décomptes officiels.

Le président américain Barack Obama s'était jusqu'à lors montré prudent dans ses jugements sur les candidats à la présidentielle, expliquant à la presse qu'il ne voulait pas donner l'impression de "se mêler" des affaires internes de la République islamique. Mais il a fini par se prononcer mardi dans un entretien à la chaîne CNBC et a dit s'attendre à des moments difficiles dans les futures discussions avec l'Iran, quel qu'en soit le chef d'Etat. "La différence entre Ahmadinejad et Moussavi en terme de politique pourrait ne pas être aussi grande que ce qui a été dit, a déclaré Barack Obama à CNBC. D'un coté comme de l'autre, nous allons traiter avec un régime iranien historiquement hostile aux Etats-Unis."

Publié dans Ayatolland d'Iran

Commenter cet article

Gad 17/06/2009 12:04

J'ajouterais que je ne vois pas forcément d'un mauvais oeil cette "prudence" des chancelleries qui annoncent ainsi qu'elles ne sont pas dupes des manipulations du pouvoir iranien, qu'elles en dénoncent à demi-mots la répression, tout en évitant d'être prises dans le jeu "pour-ou-contre-blanc-bonnet". Je viens d'entendre Rama Yadé : ily a peu d'illusions sur les divergences flagrantes entre l'un et l'autre. Mais, au-delà de ça, une crainte d'une entente au sommet permettant de faire émerger cette contestation pour mieux cibler ses leaders et acteurs éventuels et se prémunir ainsi pour l'avenir contre les plus farouches et dangereux, afin de régner mille ans. La mollachie est un crypto-nazisme avec ses SS (Ahmedinedjad-), ses SA (Moussawi) et personne ne sait comment arrêter la "nuit des grands cimetères". Au milieu de ces réglements de compte internes, une population sans réel porte-parole légitime (puisque toute contestation est illégitime, y compris au sein de l'appareil!) sous le mur du silence et qui montre, par son sang, ce que Mollachie veut dire.Par contre, le reproche qu'on doit faire à nos dirigeants est de ne pas suffisamment dénoncer les abus et meurtres flagrants de cette répression, de ne pas annoncer clairement que le pouvoir mollachique sera tenu pour comptable et responsable de toute exaction dont il se rend coupable envers sa population, quels que soient ses motifs bons ou mauvais, légitimes ou contestables pour lesquels ils sont descendus dans la rue. Que les organes de presse occidentaux prennent en compte les rapports qui leur sont fournis sur cette répression (58 morts, tortures, arrestations, enl-èvements), ses méthodes, ses acteurs, sa censure totale, Que les soi-disant droitdel'hommisme patentés qui se masturbent 364 jours sur 365 à propos des territoires et d'Israël soient mis en demeure de contempler l'oeuvre des affidés et maîtres des Hezbollah-Hamas dont ils font la promotion à longueurs de colonnes d'accusations à sens uniques, Que les ONG soient appelées à aller là-bas voir si j'y suis sioniste et à décrire ce qu'est le totalitarisme au quotidien, les viols d'enfants de 9 ans considérés comme épouses légitimes par les pédophiles mollachiques à la Gouasmi (forcément opposé au "divorce"!), Qu'RSF and co. arrêtent de se la pêter sur la "barrière sécurité" et aillent soulever un peu d'un grain de sable de cette chape de plomb!

Gad 17/06/2009 10:52

Les infos disponibles en Israël sur l'ampleur du mouvement en Iran sont secouées par le doute et un certain pessimisme quant à sa capacité à durer au-delà d'une effervescence de quelques jours. Derrière les sbires d'Ahmadinedjad-Moussawi, bonnet blanc et blanc bonnet, il est bien fait mention d'un nombre de tués largement supérieur à ce qu'annonce le régime : on y parle d'au moins 20 morts et non 7. C'est encore à peine la moitié de ce que disent les témoins sur place. Meïr Dagan, quant à lui, reconnaît l'endurance du Régime à perdurer face à des manifestations, disons émeutes populaires dans la rue. Il sait avoir affaire à des ennemis coriaces qui joindront leurs forces pour maîtriser les "débordements" et rester entre soi. Les Mollahs en sortiraient avec un sérieux avertissement, mais l'opinion publique ou les Gouvernements occidentaux sont embarrassés par le fait d'être mis à contribution pour prendre parti, soit pour l'un soit pour l'autre des deux faces de la même pièce de monnaie. C'est l'absence d'alternative politique qui contraint à ces excès de "prudence" qu'on pourrait prendre pour de la complicité. Ne restent ensuite que les opposants de l'extérieur, autour de Reza Pahlavi pour proposer "autre chose". Oui, mais quand, à quel prix, par quels moyens? PS : à noter cette information importante : le Hamas palestinien (sans doute à l'entraînement en Iran) aurait été mis à contribution, en renfort de la répression féroce des Bassidjis. De la même façon que l'OLP d'Arafat avait participé aux tirs depuis les toîts contre les manifestations en 79, de façon à faire le plus de morts possible et à entraîner une condamnation mondiale de la politique du Shah.+

Mercredi 17 juin 2009


Infos-samizdat via Iran-Resist sur les manifs-bain de sang : 58 morts et non 7.