Procès du Gang des barbares: petites frappes entre potes...

Publié le par JSS

Avant de lire le compte rendu de la journée du 9 juin, je tiens à féliciter Elsa Vigoureux qui, grâce à ses contacts; arrive à transmettre l'information sur ce procès.
Deuxièmement, juste pour rappel, lors des élections européennes, la liste antisémite de Dieudonné M'Bala M'Bala avait obtenu 231 votes dans la ville de Bagneux... Ville ou a été torturé à mort Ilan Halimi.

La cour a vainement attendu lundi matin le fameux témoin, qui ne s'était déjà pas présenté en milieu de semaine dernière malgré sa convocation. Ancien membre du groupe de rap Saïan Supa Crew, habitant de Bagneux à l'époque des faits, et connaissance de Youssouf Fofana, Gérard N. dit « Specta », devra paraître devant les jurés entre le 9 et le 11 juin. Un nouveau mandat d'amener a été délivré à son encontre.

La cour est revenue sur les conditions de la séquestration d'Ilan Halimi. Elle a interrogé les geôliers d'Ilan sur les violences qu'il a subies pendant ses trois semaines passées entre l'appartement et le local technique de la rue Prokofiev. La présidente Nadia Ajjan leur a demandé quels actes ils reconnaissaient et ce qu'ils savent de ce que les autres ont commis. Jérôme R. a reconnu avoir glissé un balai entre les fesses d'Ilan Halimi, sans l'enfoncer, le jour d'une prise de photo, destinée à la famille. Il a ajouté s'être un jour énervé sur Jean-Christophe G., avoir dû s'interposer physiquement, pour que ce dernier n'écrase pas son joint brûlant sur le front de la victime. Dans leur rapport d'enquête général, les enquêteurs, confirment que Jérôme R. semblait « avoir joué un rôle modérateur », limitant « autant que faire se peut les dérapages de Jean-Christophe G ».
Nabil M. ne s'adressait qu'exceptionnellement à Ilan Halimi, lorsqu'il le gardait. Il le vouvoyait, et ne connaissait même pas le prénom. Les policiers ont écrit que Nabil M. appelait Ilan Halimi « l'autre ». Ce que Nabil M. conteste. Il a cependant reconnu lundi devant les jurés avoir frappé Ilan Halimi. Une fois, a-t-il dit. L'otage s'était uriné dessus, et avait sali le peignoir tout propre que Nabil M. venait de lui porter. Nabil M. a expliqué qu'il lui avait mis une claque derrière la tête, en reprochant à Ilan Halimi de n'avoir pas demandé à faire pipi. Le reste du temps, il dit qu'il ne s'est rien passé, pas de coups, pas de violences de sa part. Nabil M. travaillait la journée, il était souvent de garde la nuit, souvent seul avec Ilan : « Alors je le faisais manger, fumer, et on dormait ».
A la cour, Nabil M. a dit qu'il s'était senti « otage » de Youssouf Fofana, qu'il avait l'impression qu'il n'aurait jamais pu reculer, que c'était trop tard. Il a précisé que ce sentiment restait incomparable à la vraie situation d'otage dans laquelle se trouvait Ilan Halimi.

Fabrice P. a déclaré n'avoir jamais porté de coups à Ilan Halimi. Mais il se souvient d'un jour où il a voulu donner des cigarettes à Ilan. Jean-Christophe C. l'a engueulé. Il lui a demandé pourquoi il voulait lui donner des clopes, « c'est pas notre ami ». Jean-Christophe G. maltraitait Ilan chaque fois qu'il faisait du bruit. Il l'a reconnu ce lundi devant la cour. Devant les policiers, il avait reconnu donné des coups et des claques à l'otage quand il insistait pour faire ses besoins naturels, ça le dégôutait.  Mais il avait précisé qu'il n'avait pas « frappé beaucoup, ou très fort ». Et toujours aux enquêteurs, il avait confié qu'Ilan Halimi l'agaçait avec « sa petite voix plaintive », il demandait trop souvent des cigarettes aussi. Il avait aussi évoqué des coups de balai dans les jambes d'Ilan, mais était vite revenu sur ces déclarations.
Jean-Christophe G. est revenu sur l'épisode du joint qu'il aurait écrasé sur le front d'Ilan Halimi. Il a contesté avoir commis ce geste, confirmant ainsi la version de Jérôme R. qui a dit l'en avoir empêché. L'autopsie n'a pas permis d'établir l'existence de cette brûlure en particulier. Le corps d'Ilan Halimi a été brûlé à plus de 60%, et ne permettait ainsi pas aux légistes de faire la différence entre les différentes brûlures.
Fabrice P. a enfin affirmé à la cour avoir vu des petites traces marrons, et des plaques rouges, sur le torse d'Ilan Halimi, à l'occasion de la dernière douche qui lui a été donnée. Youssouf Fofana est alors spontanément intervenu pour indiquer que la victime se trouvait « dans des conditions insalubres », qu'il ne pensait pas que les traces évoquées par Fabrice P. étaient le signe de coups, mais plutôt celles de la saleté. Ilan Halimi n'ayant été douché que trois fois en l'espace de trois semaines.
Youssouf Fofana a reconnu que les violences infligées à Ilan Halimi par les geôliers étaient « inutiles ». Lui, par contre, est plutôt du genre « qui ne fait rien sans rien ». Alors, quand il a tabassé Ilan Halimi, c'était pour quelque chose de précis, lui extirper des numéros de téléphone, a indiqué Youssouf Fofana. Il avait besoin de ces informations « pour l'argent ». Et notamment celui qu'il devait à Jean-Christophe S. Youssouf Fofana a raconté n'avoir jamais eu de lien d'amitié, ou d'affection avec Jean-Christophe S. Il devait le payer, un point c'est tout. « Jean-Christophe S., c'était un mercenaire, on a passé un contrat, je lui ai filé un travail, mais il n'était au courant de rien », a ajouté Fofana.

Elsa Vigoureux 

P.S: Ce procès se tient à huis-clos. Aussi ce blog est-il écrit à partir d'informations recueillies, entre autres sources, auprès de personnes qui assistent à l'audience, et dont, bien entendu, nous taisons les noms.

Publié dans France

Commenter cet article

durca eric 16/06/2009 11:56

merci Madame Vigoureux de pouvoir rester informé malgré le huit-clos que j'estime injuste dans ce procès.Noubliez-pas, SVP de vous tenir informée d'un autre procès qui se déroulera normalement à Aix en Provence aux assises d'ici la fin de l'année, où 4 garçons et 2 filles ont torturé à mort dans des conditions atroces un dénommé William par pur sadisme (15 dents arrachées, une des 2 filles, assistante sociale(sic!)collectionnant les dents; nombreux coups et mise à mort par lapidation à la lumière des portables des filles, après que les 6 aient voté la mort du pauvre innocent à l'unanimité); selon un article paru dans "La Provence" au début du procès du gang des barbares

JSS 14/06/2009 19:09

Joel,Je pens que le fait que le procès se joue à huis clos est la raison pour laquelle les noms ne sont pas publiés...Ceci-dit, excellent lien !;-)

jc 14/06/2009 18:42

Le résumé de l'audience est pénible à lire, sans le blog JSS nous serions dans l'ignorance.A Bagneux 231 voix à Paris 17e 372 voix le danger est en bas de nosimmeubles soyons vigilants.

joel 14/06/2009 17:19

Pourquoi les noms complets de co-inculpés ans" l'affaire I.Halimi" ne sont-ils pas cités par Elsa Vigoureux (qui fait un excellent travail) ,
 alors que la liste complète , nom , âge , profession ainsi que fonction au sein du groupe est en libre consultation sur bon nombre de sites ex: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ilan_Halimi .
 
Cette  diffusion est nécessaire pour une bonne compréhension de l'organigramme  de la" petite entreprise Fofana ".