Football, Hapoel Tel Aviv : Ultras et travailleurs sociaux…

Publié le par JSS

Article rédigé par le COllectif Valvert (lien en fin de page)

Le mouvement ultra’ se vit aussi dans des pays improbables, dans des contextes politiques et sociaux qui vus de notre « chère France », nous apparaissent antinomiques, non seulement à la pratique du sport mais aussi à cette passion populaire qui va avec…

Pourtant en Israël, les compétitions sportives et notamment le championnat de football, sont vécues avec autant de passion par les supporters que partout ailleurs…

On y trouve donc aussi des groupes de supporters organisés et répondant là-bas aussi à des orientations politiques souvent liées à celles des clubs israéliens eux-mêmes, puisque ceux-ci ont pour la plupart du temps été fondés par des partis, mouvements ou associations politique (Maccabi, Beitar, Hapoel…)

On trouve donc dans les tribunes populaires de l'Hapoel Tel Aviv, les Red Workers, qui se définissent comme un "groupe d'aide sociale" dans la communauté des Ultras Hapoel, promouvant l'entraide au sein de l'ensemble des supporters du club.

Il faut ainsi savoir que l'Hapoel Tel-Aviv a été fondé en 1923 par le mouvement d’inspiration socialiste “HA-POEL”(les travaillistes). Dès lors le club a toujours été connu pour sa proximité avec les partis politiques de gauche ainsi que les syndicats. De manière générale, la grande majorité des supporters de l'Hapoel sont donc proches des idées de gauche comme les membres des Red Workers.

La vocation de ce groupe est aussi de maintenir la philosophie historique de l'Hapoel avec pour but de lutter contre le racisme et donc (tache extrêmement difficile) d’encourager la coexistence pacifique entre Israéliens et Arabes. Les Red Workers représentent les idées progressistes et la lutte contre la violence (politique) même si évidemment, certains Ultras de l’Hapoel sont violents mais ils restent une minorité.

Cette volonté d’aider à la coexistence pacifique entre Israéliens et Arabes s’est notamment matérialisée il y a quelques mois, lors d’un match contre Bnei Sakhnin. Sakhnin est un village arabe musulman au nord-est d'Israël et son équipe est en première division israélienne. Les supporters locaux doivent endurer en déplacement de nombreux chants racistes de la part des supporters adverses comme ceux du Maccabi Tel-Aviv ou du Beitar Jerusalem. À l’occasion de ce match entre les deux clubs, une cin

quantaine d’Ultras Hapoel a été invitée pour une journée à Sachnin avec notamment l’organisation d’un match amical entre supporters des deux clubs…

Fonctionnant selon une philosophie "sociale" en épaulant aussi parfois les autres supporters de l’Hapoel qui connaissent des difficultés financières, les Red workers aident les Ultras Hapoel à trouver du travail, où les soutiennent dans leurs études en essayant de transmettre le flambeau à la jeune génération tout en préservant l’histoire du club et de ses supporters.

Les Red Workers ont depuis quelques années des liens d'amitié avec certains groupes ultras européens i

mpliqués eux aussi dans ce travail social ouvertement anti-raciste (et fasciste) comme les Ultras Sankt-Pauli (USP), les Ultras Inferno 96 (Standard Liège), Gate 9 (Omonia Nicosie) ou encore les Ultras de la Ternana en Italie (Lega Pro ancienne Série C)

Enfin, concernant le panorama politique du mouvement ultra’ israélien seuls trois groupes peuvent être considérés comme réellement ultra’ : Bien évidemment les Ultras Hapoel (Environ cinq cents membres, plutôt jeunes et de gauche donc), The 12th Player, l’un des groupes du Maccabi Tel Aviv, de même importance, jeune aussi et radicalement nationaliste (extrême droite) et les Green Apes, groupe ultra du Maccabi Haifa, comptabilisant près de deux cents membres dans l’ensemble non politisés. D’autre part, si le Beitar Jérusalem compte un très grand nombre de supporters (ultras nationalistes), il ne possède cependant pas vraiment de groupe ultra réellement structuré à l’exception de La Familia qui fonctionne plus comme une « firm » et qui s’est faite remarquée par des actions violentes ou provocatrices telles que les émeutes qui ont suivi le match contre le Maccab

i Tel Aviv en 2005 ou encore

quand en 2007 la fédération Israélienne déicida de faire jouer la rencontre contre le club arabe de Bnei Sakhnin à huis clos après que La Familia ait rompu une minute de silence rendue en hommage à l’ancien Premier Ministre Israélien Yitzhak Rabin en lançant des chants en l’honneur de son assassin Yigal Amir…

L’Hapoel vient ce week-end de prendre la tête de la Ligat ha'Al avec 53 points (+20) grâce à sa victoire sur le terrain de l’Hapoël Petah Tikva (0-1), à égalité de point avec le Maccabi Haifa (+19) qui n’a pu que ramener le nul (1-1) de son déplacement au Maccabi Tel Aviv


Chaque année, un hommage est rendu lors du Yom HaShoah aux Juifs morts durant la Seconde Guerre mondiale, victimes de la politique exterminatrice nazie. Les sirènes ont retenti à 10 heures ce matin en Israël, figeant la population dans l’instant. Deux minutes pour commémorer la mort de 6 millions de juifs tués par les nazis pendant la deuxième guerre mondiale.


L'article dans son contexte originale ? Cliquez ici!

Commenter cet article