Abbas adopte la stratégie de "non reconnaissance"... Comme le Hamas!

Publié le par JSS

http://electronicintifada.net/artman2/uploads/1/mahmoudabbas483.jpgLe président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé aujourd'hui qu'il refusait de reconnaître Israël en tant qu'Etat juif, comme l'a exigé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

"Etat juif, c'est quoi ça? Vous pouvez vous faire appeler comme ça vous plaît, mais moi je ne l'accepte pas et je le dis publiquement", a déclaré l'ancien financier du groupe terroriste Septembre Noir, aujourd'hui président de l'Autorité Palestinienne Abbas dans une allocution à Ramallah, en Judée Samarie.
Il a affirmé que l'exigence d'Israël d'obtenir une reconnaissance palestinienne de son caractère juif avait été "longuement discutée" et rejetée par les Palestiniens lors de de la conférence d'Annapolis aux Etats-Unis ayant relancé le processus de paix israélo-palestinien, en novembre 2007.
Netanyahu avait réclamé le 16 avril que les Palestiniens reconnaissent Israël comme Etat juif (comme il l'a toujours été), lors d'une rencontre avec l'émissaire américain George Mitchell. Le 20 avril, son bureau avait toutefois indiqué qu'une telle reconnaissance n'était pas une condition pour une reprise des négociations de paix avec les Palestiniens. Abbas adopte donc la stratégie de "non reconnaissance" prônée par le Hamas et l'Iran. Il faudrait peut-être rappeler à certains que ceux qui ne reconnaissent pas Israël sont les derniers à qui Israël reconnaîtra le droit de créer une entité terroriste nationale.

Commenter cet article

dominique 27/04/2009 19:46

hello AshkelLes palestiniens ont un toupet tout a fait extraordinaire.Ils veulent un soit disant etat palestinien judenrei et en plus il ne reconnaissent meme pas l`etat juif.Non mais deux claques oui et dehors.Plus antisemite et plus de mauvaise fois tu meurs.

Aschkel 27/04/2009 19:41

Abbas,Palestinien de mes deux, retournes en Irak, en Syrie ou en Egyptes, tu n'as rien a faire chez moi compris !!!!!!!!! 

Gad 27/04/2009 13:13

Il s'agit d'une action conjointe et délibérée pour coincer Israël dans ses cordes, puis que l'Union Européenne menace de "geler" les relations, pendant qu'Obama donne son feu vert à des manoeuvres militaires turco-syriennes, à l'envers des précédentes alliances, à la livraison d'armes de la Turquie vers le Liban, dont l'armée est à 50% pro-Hezbollah : quel besoin, en ce cas, que la FINUL "contrôle" la frontière libaon-yrienne, si cela arrive par avions-cargo entiers à l'aéroport de Beyrouth, avec le blind eye de la nouvelle Administration? Abbas ne fait ici que valider le rapport de force dans la pression exercée contre un Gouvernement qui n'a pas encore rendue publique ses grandes lignes...Le chat doit se montrer plus malin que le rat...