Elections européennes: l'absentéisme, seul facteur commun des députés

Publié le par JSS

Qui ignorait que les députés européens sont dans leur majorité des absents chroniques des débats, du travail du député,..?
La faute à leur désignation qui est généralement décidée par les états-majors des partis et des grands compte-tenu du mode d'élection très sélectif mis en place par les deux principaux qu'ils soient de droite ou de gauche. Inutile de les nommer, tout le monde sait lesquels sont concernés. Et pour les autres, les petites formations, c'est la galère...

Revenons à nos absents et accessoirement aux quelques élus qui sont présents lors des sessions et lors du travail en commissions.
Les plus assidus seraient les Anglais et les moins présents, les Italiens. Pour les français, c'est Pervenche Bérès (PS) qui est la plus assidue...en revanche, c'est son collègue socialiste Vincent Peillon -qui n'avait pas l'excuse de l'éloignement- qui est quasiment en fin de peloton tout comme le vendéen Philippe de Villiers qui n'est pas le plus proche de Bruxelles et de Strasbourg. Mais personne ne l'oblige à être député européen.

Le palmarès des députés tel qu'il apparait sur un site web est contesté par beaucoup mais même si le classement retenu n'est pas exempt de critiques l'absence chronique de ces élus est connue de tous même si ces révélations peuvent déplaire à ceux qui sont en mauvaise posture depuis que leurs manquements sont mis sur la place publique.
La faute aussi aux partis qui ont toujours considéré les élections européennes comme des sous-élections et qui "casaient" généralement sur leurs listes celles et ceux qu'ils voulaient récompenser mais en même-temps, éloigner du pouvoir parisien.
Il semble qu'au parlement européen, on ait pris consciences de ce problème et que l'on ait décidé d'y porter remède, car, comment s'étonner que des textes ne soient pas acceptés par les citoyens européens si les élus qui doivent les concocter sont absents. Dans ces cas là, ce sont les fonctionnaires européens qui gèrent la maison et qui rédigent les-dits textes pas toujours en prise avec les sociétés des pays membres.

Que les français aillent remplir leur devoir électoral de citoyens européens et sanctionnent ceux sortants qui sont connus comme n'étant pas souvent dans les parlements de Bruxelles et de Strasbourg et ça ira peut-être un peu mieux.
Donc le 7 juin prochain il faut aller voter en considérant l'aspect européen du scrutin et en ne mélangeant pas les problèmes nationaux français qui n'ont rien à voir dans cette élection.
Les partis politiques concernés seront bien obligés de recevoir fort, le message des électeurs français.
Par Jibé

Publié dans Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article