France: Encore une affaire gravissime dans les transports en commun

Publié le par JSS

Une lycéenne de 18 ans a porté plainte samedi matin pour un viol collectif dans un train de banlieue entre la gare de Poissy et la gare des Mureaux, dans les Yvelines. Selon Le Parisien, qui révèle l'information, la jeune femme était montée dans la dernière rame du RER A, en gare de Chatelet-les Halles, au terme d'une soirée à Paris, vers 7 heures du matin. Plusieurs jeunes âgés d'une vingtaine d'années se trouvaient déjà dans la voiture, "six à huit personnes", selon le témoignage de la lycéenne. 
 Toujours selon les déclarations de la jeune femme, l'un des individus se serait approché d'elle pour lui arracher son lecteur MP3. Elle décide alors de descendre à l'arrêt suivant. Elle n'en n'aura pas le temps. L'individu revient à la charge suivi très vite par ses amis. "On lui porte alors des coups et elle est violée par deux ou trois individus", relate le parquet de Versailles dans Le Parisien. Le groupe serait descendu en gare des Mureaux en ayant pris soin d'emporter certains effets personnels de la victime : son baladeur MP3, le portable et ses papiers d'identités. 
Selon le parquet de Versailles, qui juge l'affaire « gravissime », trois préservatifs ont été retrouvés sur les lieux de l'agression. En outre, l'expertise médicale, pratiquée le jour des faits, établie que la victime porte des ecchymoses et a subi des rapports sexuels très récents. Le visionnage des vidéos de vidéosurveillance, de la gare des Mureaux, n'a pas permis d'identifier les agresseurs. D'autres vidéos sont en cours de visionnage. Les policiers de la sûreté départementale des Yvelines, saisis de l'enquête, doivent réentendre ce mardi la jeune victime. La police cherche en parallèle d'éventuels témoins qui se trouvaient dans le train au moment de l'agression ou qui auraient aperçu un groupe de jeunes samedi vers 7 heures en gare des Mureaux.

La ville des Mureaux est l'une des villes les plus "criminelles de France" selon les statistiques. Elle fait partie de ce que l'on appel gentillement "banlieue sensible". C'est une ville ou les cités (plus grandes à elles-seules que beaucoup de villes en France) sont de vrais zones de non-droits. Espérons pour la jeune femme que l'enquête soit menée à son terme dans les meilleurs délais.

Publié dans France

Commenter cet article

Yéhoudi 21/04/2009 20:24

"l'on appel gentillement "banlieue sensible".Comme tu y vas Johnny!!!sans cible! sans cibles!!ouais...pour le moment ......