Un tchéchène assassiné à Dubaï

Publié le par JSS

Le consul de Russie à Dubaï, Sergueï Krasnogor a confirmé qu'il s'agissait bien de Soulim Iamadaïev, ancien commandant du bataillon Vostok, qui a combattu au côté des forces fédérales contre les indépendantistes tchétchènes.

Un Tchétchène a été tué par balle Dubaï, selon le chef de la police de l'émirat qui l'identifie comme Soulim Iamadaïev, un ancien rival du président tchétchène pro-russe Ramzan Kadyrov. Dans une déclaration mise sur le site internet de la police de Dubaï, son chef, le général Dahi Khalfan Tamim, a indiqué qu'"il semble s'agir d'un assassinat".
M. Iamadaïev, 36 ans, a été attaqué dans le parking de son immeuble, a ajouté le chef de la police, qui a déclaré qu'il pensait que le ressortissant tchétchène avait été surveillé avant d'être abattu.
Les médias russes avait d'abord indiqué que Soulim Iamadaïev, qui avait quitté la Russie de peur pour sa vie après l'assassinat de son frère en septembre 2008, n'avait été que grièvement blessé. "Il est actuellement dans un hôpital de Dubaï", a dit le frère cadet de la victime. "Soulim est dans un état grave, il est inconscient et personne n'est autorisé à le voir mais je pense qu'il va s'en sortir", a-t-il ajouté.
Selon la presse, la victime portait un passeport du nom de Sulaiman Madov, un nom également cité par une partie de la presse des Emirats.
Soulim Iamadaïev (en photo plus bas) a combattu lors du premier conflit russo-tchétchène (1994-1996) du côté des rebelles. En novembre 1999, juste après le début du deuxième conflit, il a rejoint avec la majorité de ses hommes les forces fédérales russes.  De 2003 à 2008, il a dirigé le bataillon Vostok, composé de soldats tchétchènes et intégré à la 42e division motorisée du ministère russe de la Défense stationnée en Tchétchénie.  Il a été révoqué en mai 2008 sur fond de rivalité entre sa famille et le nouvel homme fort de Tchétchénie, le président Ramzan Kadyrov. En août 2008, la justice russe avait lancé un mandat d'arrêt contre lui pour enlèvement et meurtre d'un homme d'affaires tchétchène en 1998. "C'est une fin logique, attendue. Le mal revient toujours à ses racines", a déclaré le chargé des droits de l'Homme en Tchétchénie, Nourdi Noukhajiev, commentant la mort de l'ancien chef militaire sur la radio Echo de Moscou.
Son frère Rouslan, ancien député du parti pro-Kremlin Russie unie, a été tué par balle, au volant de sa voiture, en plein centre de Moscou le 24 septembre 2008. Soulim avait alors accusé Ramzan Kadyrov d'être derrière le meurtre et promis de venger son frère.
Selon la presse russe, Kadyrov, qui contrôle de puissantes milices locales intégrées aux troupes du ministère de l'Intérieur, voulait se débarrasser des rares forces échappant encore à son contrôle. Les bataillons Vostok et Zapad ont été dissous à la fin 2008. Ce n'est pas la première fois qu'un Tchétchène est visé dans le Golfe.
En 2004, le leader tchétchène indépendantiste Zelimkhan Iandarbiev avait été tué dans un attentat au Qatar. Deux agents russes de renseignement condamnés à perpétuité pour son assassinat par la justice du Qatar ont été remis à la Russie la même année afin qu'ils y purgent leur peine.

Publié dans Monde Arabe - Liban

Commenter cet article

Yehoudi 31/03/2009 16:57

qu'"il semble s'agir d'un assassinat". Faux!!il a été suicidé a b out portant...