Mercredi 11 mars 3 11 /03 /Mars 14:13

http://media-2.web.britannica.com/eb-media/69/115869-004-E759B913.jpg«Monsieur le président Hoover, Monsieur le président de la Cour suprême, mes Amis... Je suis certain que mes concitoyens attendent de moi que, pour mon investiture à la présidence, je m'adresse à eux avec une franchise et une décision telles que la situation actuelle de la nation les réclame. C'est avant tout le moment de dire la vérité, toute la vérité, avec sincérité et sans ambages. De plus, il ne nous faut pas craindre de faire face honnêtement à la situation actuelle dans notre pays. Cette grande nation supportera les moments difficiles comme elle les a toujours supportés, cette nation revivra et prospérera.

Permettez-moi tout d'abord d'affirmer ma conviction déterminée que nous n'avons à craindre que la crainte elle-même, cette peur irraisonnée, injustifiée qui ne porte pas de nom et qui anéantit les efforts nécessaires pour transformer une retraite en progression.
À chaque fois que notre nation traversait un moment sombre, une main franche et vigoureuse a trouvé auprès du peuple lui-même cette entente et ce soutien indispensables à la victoire. Je reste persuadé que vous accorderez à nouveau ce soutien à vos dirigeants en ces journées difficiles.
Unis dans un même esprit, de mon côté ainsi que du vôtre, nous surmonterons ces difficultés. Il ne s'agit, Dieu en soit loué, que de questions matérielles. Les valeurs se sont effondrées dans des proportions incroyables, les taxes se sont envolées, notre capacité de payement a chuté, toute forme de gouvernement doit affronter une grave réduction de ses revenus, les moyens d'échange sont gelés dans les courants du commerce, les feuilles mortes de l'entreprise industrielle se ramassent partout, les paysans ne trouvent pas de marché pour leurs produits, des milliers de familles voient leurs économies de plusieurs années s'envoler.
Ce qui est encore plus important c'est qu'une foule de citoyens sans emploi doit faire face à la dure réalité de l'existence et qu'un nombre tout aussi important peine sans grand profit. Seuls les optimistes, simples d'esprit, peuvent nier la dure réalité des choses actuelles.

Pourtant notre détresse ne provient pas d'un manque de substance. Nous ne sommes pas envahis par une armée de sauterelles. En comparaison avec les périls que nos aïeux ont dû braver parce qu'ils avaient la foi et n'avaient aucune crainte, nous devons être reconnaissants pour plus d'une raison. La nature nous prodigue sa générosité et les efforts de l'homme la font fructifier. L'abondance se trouve à portée de main, mais la perspective d'une utilisation généreuse de celle-ci s'évanouit à la seule vue des provisions.

http://operationburdigalice.files.wordpress.com/2008/11/foranewdeal.jpgCela s'explique premièrement par le fait que les dirigeants qui président aux échanges des biens de l'humanité ont échoué par leur propre obstination et leur propre incompétence, pour ensuite admettre leur échec et abdiquer. Les pratiques de cambistes sans scrupules restent l'objet de l'accusation publique. Les hommes les ont rejetés du fond de leur cœur et de leur esprit. Il est vrai qu'ils ont essayé d'agir, mais leurs efforts sont moulés sur une coutume obsolète. Face au manque de crédit, ils n'ont rien trouvé de mieux que de prêter davantage.

Privés de l'attrait du profit grâce auquel ils incitaient la population à les suivre, ils n'ont eu d'autre recours que d'exhorter, larmoyants, les citoyens à leur rendre la confiance perdue. Ils ne connaissent que les lois d'une génération d'égoïstes. Il leur manque une vision d'avenir et sans celle-ci, les gens vont à leur perte. Les marchands du temple se sont enfuis de leurs postes élevés. À nous maintenant de rétablir le temple de notre civilisation dans sa vérité ancienne.

L'étendue de cette remise en état dépend de l'intensité avec laquelle nous ferons valoir des valeurs sociales plus précieuses que le seul profit matériel. Le bonheur ne réside pas dans la seule possession de biens, il est dans la joie de l'exploit, dans la sensation de l'effort créateur.

Le plaisir et l'encouragement moral que procure le travail ne doivent plus succomber à la recherche effrénée de profits fugitifs. Ces jours sombres nous récompenseront de tous les efforts qu'ils nous auront coûtés, s'ils nous apprennent que notre destinée n'est pas d'être assistés, mais bien de nous assister nous-mêmes et nos concitoyens.

Reconnaître la fausseté des biens matériels comme critère du succès va de pair avec la remise en question de la croyance selon laquelle les fonctions officielles et les plus hautes charges politiques se mesurent seulement à l'aune de la fierté d'occuper un poste et en fonction du bénéfice personnel. Il faut mettre fin à ce comportement dans le monde bancaire et des affaires qui trop souvent a conféré au rapport de confiance l'apparence du méfait égoïste et sans cœur.

Il ne faut dès lors pas s'étonner que la confiance se dégrade, car elle ne prospère que sur l'honnêteté et sur l'honneur, sur le respect des obligations, sur la protection fidèle, sur la réalisation altruiste. Sans cela, il n'y a point de confiance.

Une remise en état n'appelle pas uniquement des changements éthiques. Cette nation a besoin d'action, d'action tout de suite.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/66/Franklin_D_Roosevelt_Copenhagen.jpgLa première de nos grandes tâches est de mettre les gens au travail. Il ne s'agit pas là d'un problème insurmontable si nous nous y prenons avec sagesse et courage.

Nous pouvons y arriver en partie en engageant directement les gens dans les services publics, en abordant le problème comme nous le ferions pour faire face à l'urgence en cas de guerre, mais en même temps ces emplois peuvent servir à réaliser des projets indispensables en vue de stimuler et de réorganiser l'utilisation de nos ressources naturelles.

En même temps, nous devons être conscients de la surpopulation dans nos centres industriels et tenter, en entreprenant une redistribution à l'échelle nationale, d'améliorer l'utilisation des terres pour ceux qui sont adaptés à la vie agricole.

Il est possible d'atteindre ce but en menant des efforts délibérés d'augmenter la valeur des produits agricoles et par là augmenter le pouvoir d'achat qui absorbera le produit de nos villes.

Il est possible d'y arriver en empêchant, de façon concrète, la disparition tragique, par la forclusion, de nos humbles demeures et de nos fermes.

Il est possible d'y arriver en insistant pour que le gouvernement fédéral, les États et les autorités locales veillent à réduire radicalement leurs frais.

Il est possible d'y arriver en unifiant les mesures d'aide qui actuellement sont souvent dispersées, peu rentables et inéquitables.

Il est possible d'y arriver en planifiant et en gérant à l'échelle nationale toutes les formes de transports, de communications et de services à caractère éminemment public.

Il y a de nombreuses manières d'atteindre ce but, mais il n'est pas possible d'y arriver en ne faisant que parler. Il nous faut agir et agir rapidement.

Enfin, dans nos efforts pour une reprise de l'emploi, nous devrons nous assurer de deux garanties contre les maux du passé. Il faut un contrôle strict des activités bancaires, de crédit et d'investissement. Il faut mettre fin à la spéculation qui se sert de l'argent d'autrui et il faut prendre des dispositions pour une monnaie solide et disponible en quantité suffisante.

Telles sont les lignes d'attaque. Je vais recommander à un congrès nouveau en session extraordinaire d'adopter les mesures nécessaires à leur réalisation et je demanderai l'assistance immédiate des différents États.

http://www.archives.gov/education/lessons/day-of-infamy/images/fdr-signing-declaration.gifPar ce programme d'action, nous nous attaquons à la remise en ordre de notre maison nationale et à l'équilibre de nos revenus.

Nos relations commerciales internationales, toutes importantes qu'elles soient, viennent, pour ce qui est de leur urgence et de leur nécessité, après l'établissement d'une économie nationale saine.

Je privilégie, comme pratique politique, de réaliser les choses importantes d'abord. Je n'épargnerai aucun effort pour rétablir le commerce mondial par des réajustements internationaux, mais l'urgence dans mon pays ne peut pas attendre.

L'idée maîtresse qui guide les moyens spécifiques de cette reprise nationale n'est pas strictement nationaliste. C'est l'insistance, comme première préoccupation, sur l'interdépendance des différentes composantes qui constituent les États-Unis - une reconnaissance du vieil esprit pionnier américain, éternellement valable.

C'est le chemin de la reprise, le chemin direct. C'est la plus forte assurance de la pérennité de la reprise.

Dans le domaine de la politique internationale, je recommanderais à ce pays une politique de bon voisinage, avec chaque voisin se respectant résolument et par là, respectant les droits de l'autre, avec chaque voisin respectant ses obligations et respectant la dignité des engagements qui constituent - et qui le lient à - un monde de bons voisins.

Si j'interprète correctement l'état d'esprit de nos concitoyens, nous nous rendons compte, comme jamais auparavant, de notre dépendance mutuelle. Nous comprenons que nous ne pouvons pas simplement prendre, mais que nous devons donner aussi, et que, si nous voulons aller de l'avant, nous devons marcher comme une armée bien exercée et loyale, prête à se sacrifier pour le bien d'une discipline commune, car sans une telle discipline, il n'est pas possible d'aller de l'avant et aucun commandement ne peut être efficace.

Je suis sûr que nous sommes disposés à donner nos vies et nos biens pour une telle discipline, car elle rend possible un commandement qui vise de plus grandes réalisations.

C'est le sacrifice que je propose, et je vous promets que les plus larges desseins nous réuniront comme une obligation sacrée, avec une unité de devoir, évoquée jusqu'ici seulement en temps de conflit armé.

Cet engagement pris, j'assume sans hésiter le commandement de cette grande armée de nos citoyens prêts à s'attaquer, dans la discipline, à nos problèmes communs.

L'action, dans cette optique et dans ce but, est possible dans la forme de gouvernement que nous avons héritée de nos ancêtres.

http://img.nytstore.com/IMAGES/NSAPAP3B_LARGE.JPGNotre Constitution est à ce point simple et pratique qu'il est toujours possible de répondre aux besoins les plus extraordinaires par un changement des priorités et un arrangement n'affectant en rien sa forme essentielle.

C'est la raison pour laquelle notre Constitution s'est avérée être le mécanisme politique le plus stable que le monde moderne ait produit. Elle a su faire face aux extensions de territoire, comme aux conflits à l'étranger, à la lutte interne, comme aux rapports internationaux.

Il faut espérer que l'équilibre normal entre les pouvoirs exécutif et législatif soit tout à fait apte à braver la tâche qui nous attend. Mais il se peut qu'une exigence sans précédent, un besoin d'action immédiate, requière que l'on s'écarte temporairement de cet équilibre caractéristique de la procédure normale.

Je suis prêt à recommander, de par ma mission constitutionnelle, les mesures qu'une nation éprouvée peut requérir dans un monde éprouvé. De telles mesures, et d'autres que le Congrès mettra au point sur la base de son expérience et de sa sagesse, je les ferai, dans les limites de mon pouvoir constitutionnel, adopter rapidement.

Mais au cas où le Congrès n'emprunterait pas une de ces voies, et que la situation du pays serait toujours critique, je ne me déroberai pas au devoir qui s'imposera alors à moi.

Je demanderai au Congrès de pouvoir disposer du seul instrument subsistant qui soit à la hauteur de la crise - le pouvoir exécutif élargi afin d'engager un combat contre l'urgence, qui serait de la même ampleur que le pouvoir qui me serait octroyé si nous étions envahis par un ennemi extérieur.

http://john.curtin.edu.au/macarthur/graphics/00376_123l.jpgÀ la confiance qui repose sur moi, je répondrai par le courage et le dévouement qui s'imposent, c'est le moins que je puisse faire.

Nous faisons face aux jours difficiles qui nous attendent dans le courage de l'unité nationale, en pleine conscience de notre recherche de valeurs morales anciennes et précieuses; avec la pure satisfaction que confère l'accomplissement strict du devoir partagé par les jeunes et les anciens à la fois.

Nous visons la garantie d'une vie harmonieuse de notre nation.

Nous ne manquons pas de confiance dans l'avenir du principe démocratique. Le peuple des États-Unis n'a pas démérité. Dans le besoin, il a souscrit à un mandat qui réclame une action directe et vigoureuse.

Il a opté pour la discipline et un commandement fort. Il m'a fait l'instrument de sa volonté. Je l'accepte dans l'esprit du don.

Dans ce dévouement à la nation, nous demandons humblement la bénédiction de Dieu. Puisse-t-il tous nous préserver, et chacun de nous! Puisse-t-il guider mes pas dans les jours à venir!»

Par JSS - Publié dans : Grands Discours - Communauté : Géopolitique
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires fermés...

Le blog l'Actu Vue Par JSS déménage...
Les commentaires sur ce blogs sont donc fermés !
Pour laisser des commentaires sur les mêmes articles, rendez-vous sur
HTTP://WWW.JSSNEWS.COM

___________________________________________
  L'Actu Vue Par JSS - Worldwide News According to JSS:

 

MEILLEUR NOUVEAU BLOG 2009!!! - BEST NEW BLOG 2009!!! 

(Prix décerné par l'International Blog Award dans la catégorie "blogs créés il y a moins d'un an")

(Awarded by the International Blog Award in the category "created less than a year ago")

_____________________________________

 

Vous souhaitez proposer des articles pour qu'ils soient publiés sur le Blog JSS* ? Envoyez-les directement à cette adresse : blogjss@yahoo.fr

Do you want to write and publish article on the Blog JSS** ? Send it to me directly at : blogjss@yahoo.fr
*-sous réserve d'acceptation- **-Subject to acceptance-

JSS ?

FRANCAIS:
JSS est un blog d'opinion. Il est modéré par Jonathan-Simon Sellem, un ancien journaliste qui vit au Proche-Orient et qui connaît le monde des médias, la diplomatie, la géo-stratégie pour y travailler au quotidien... Ceci-dit, plusieurs journalistes, spécialistes et experts travaillent également à la rédaction de ce blog.
Le but du blog JSS est d'offrir une analyse pertinente et différente de ce que l'on trouve généralement dans la blogosphère et plus généralement dans les médias traditionnels. JSS ne se considère en aucun cas comme "la voix de la raison" et souhaite simplement faire "avancer le débat" avec des analyses et des échanges constructifs. JSS revendique un engagement sans être partisan, grâce à une rédaction totalement indépendante. Un traitement éditorial qui laisse le lecteur libre d'interprétation. Pour me contacter, cliquez sur le lien en bas de page. 
ENGLISH :
JSS is a blog moderated by Jonathan-Simon Sellem, a former journalist currently living in the Middle East.  He has gained an acute familiarity with the diplomacy and geo-strategy of this region academically through studies, and practically through his work in both media and government.  In addition, many other journalists and experts regularly contribute to this blog.
The purpose of JSS is to offer an analysis both relevant and different from what is generally found in the mass media. JSS does not wish to be considered a "voice of reason," but rather simply hopes to encourage debate with analyses and constructive exchanges.
JSS claims a commitment without being partisan, with a totally independent writing editorial treatment, which leaves the reader free of interpretation.One can find articles in English in the "English Section," on the right side of the website. To contact Jonathan directly, please click on the link at the bottom of this page.

Catégories

Recommander le blog/un article

Dernières News de mes Amis

Rechercher un article sur JSS

Flux RSS

  • Flux RSS des articles

SiteMetter

Site Meter
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés