L'arménie et Israël renforcent leur amitié au dépend de la Turquie

Publié le par JSS

Alors que la Turquie devient de plus en plus radical et chancelante devant Israël, l'Arménie propose à Israël une intensidifaction des échanges. Ainsi, l’ambassadeur israélien en Arménie Shemi Tzur ( dont la résidence se trouve encore en Israël) a remis une copie de ses lettres de créance au Ministre arménien des Affaires Etrangères Edouard Nalbandian ce matin. « L’Arménie est intéressée par des relations avec Israël et j’ai bon espoir que l’Ambassadeur Tzur fera une contribution significative à leur développement » a déclaré le ministre Nalbandian.

Les deux hommes ont souligné l’importance d’un dialogue politique et du renforcement des relations économiques. Ils ont aussi mentionné les élections législatives du 10 février en Israél, la situation dans le Moyen-Orient, la résolution du conflit du Nagorno Karabakh et la normalisation des relations arméno-turques selon le service de presse du ministère.

Le Premier ministre Tigran Sarkissian a aussi rencontré l’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire d’Israël en Arménie nouvellement nommé. Félicitant l’Ambassadeur pour sa nomination, le Premier ministre a exprimé l’espoir qu’avec son activité Monsieur Tzur contribuera au nouveau développement et au renforcement des relations arméno-israéliennes.

Pendant la réunion Tigran Sarkissian et Shemi Tzur ont reconnu que les relations arméno-israéliennes entraient dans une nouvelle étape de développement et que de nouvelles relations politiques et économiques prennaient forme entre les deux pays.

Tigran Sarkissian a souligné l’importance de l’intensification de la coopération en particulier dans les domaines de l’agriculture et de la santé. Shemi Tzur a noté que grâce à quelques dispositions, Israël a réussi à réduire au maximum l’influence de la crise mondiale sur l’économie du pays et l’Israël est prête à partager son expérience avec l’Arménie.

Une référence a été faite quant aux discussions sur la proposition de loi visant à la reconnaissance du génocide arménien par le parlement israélien. Pendant la conversation Shemi Tzur a exprimé sa gratitude pour l’attitude de la communauté Arménienne en Israel qui contribue au renforcement des liens amicaux entre les deux pays et les peuples.

Commenter cet article

Gad 16/02/2009 22:50

Autre pièce à verser au dossier : le caractère apparemment plus hardi de la politique étrangère israélienne, comparée à son homologue française (via Pierre Lellouche, dont on aurait pu attendre qu'il évitât de tels impairs...), accusée de stigmatisation de la communauté arménienne : http://www.armenews.com/article.php3?id_article=49158Le Député Pierre Lellouche stigmatise la communauté arménienne : la FRA Nor Seround est révoltée
lundi16 février 2009, par Stéphane/armenews




La FRA Nor Seround, Nouvelle Génération Arménienne dénonce les propos du Député UMP de Paris, Pierre Lellouche. Dans une interview accordée au quotidien turc Zaman et datée du 8 février 2009 le député de la majorité, s’en est farouchement pris à la communauté arménienne.
Répondant à une question concernant la loi de pénalisation du négationnisme du génocide arménien, le Député Pierre Lellouche a fait part de sa pleine satisfaction à propos du refus du gouvernement français de présenter ce texte de loi voté le 12 octobre 2006. Selon le député une telle loi « aurait rendu impossible la moindre visite ministérielle et n’importe quel contact économique parce que quelques extrémistes auraient employé la loi pour poursuivre en justice n’importe quel visiteur turc en France. » La FRA Nor Seround est outrée par de tels propos du député Pierre Lellouche. En effet, par ces termes, le député de la majorité, reconnaît textuellement le caractère négationniste du gouvernement turc. Il estime toutefois, que les extrémistes sont ceux qui les combattent, et les personnes fréquentables ceux qui tombent sous le coup d’une loi pénalisant le négationnisme de génocide. « De tels propos déshonorent notre République et constituent une insulte intolérable qui doit être dévoilée, dénoncée et condamnée. Non Monsieur Lellouche, les dépositaires de l’Humanisme ne sont pas des extrémistes ! » a conspué Jules Boyadjian, Porte-parole de la FRA Nor Seround.
Si le député français reconnaît sans employer le terme de génocide que la communauté arménienne a été meurtrie par le passé, il considère toutefois que dans le cadre du rapprochement stratégique entre la Turquie et la France, qu’il appelle de ses vœux, le député de Paris, « la diaspora arménienne ne nous aide pas ». « Là encore, Monsieur le Député de Paris stigmatise ses propres concitoyens d’origine arménienne et franchit les limites de l’acceptable accusant injustement la diaspora arménienne de tous les maux » a conclu le Porte-parole de la FRA Nor Seround, Nouvelle Génération Arménienne.
Le Bureau National de la FRA Nor Seround.

Mordeh'aï 16/02/2009 19:59

Salut JSS, j'aimerais comprendre plus en profondeur ces changements dans le paysage géostratégique du Levant et au-delà : s'agit-il d'inflexions de contexte, liées à l'attitude pour le moins hostile d'Erdogan-personne ou institution parlant pour la Turquie et son armée dans son ensemble?
S'agit-il de possibles modifications d'alliance, Erdogan jouant pour partie les "intermédiaires" entre Olmert et la Syrie, par exemple, mais escomptant bien tirer son épingle du jeu, en s'affirmant comme la puissance incontournable entre l'Orient compliqué et l'Occident?
S'agit-il aussi de tiraillements durables entre la Turquie et Israël, depuis la guerre en Irak (soit, via un troisième protagoniste, le libérateur US?), notamment autour de questions épineuses? Comme, par exemple, une alliance à peine masquée israélo-kurde, au détriment de l'Iran, certes, mais également de tous les acteurs régionaux qui ont intérêt à ce qu'un projet de Kurdistan fort (d'abord irakien) donnant à penser aux autres Kurdes inféodés qui à l'Iran, qui à la Syrie, qui a la Turquie, ne voit jamais le jour, après un éventuel retrait américain?
La communauté de mémoire historique entre les peuples arménien (1er victime de génocide) et Juif (second de liste, mais dans des proprtions effroyables. Et l'on connaît les liens qui unissent la Turquie et l'Allemagne, historiquement, démographiquement...) fait peu de mystère et il est temps que les choses soient dites et politiquement mises en évidence. Au-delà du "beau geste" de rapprochement, il demeure toutes ces questions des alliances géostratégiques, la Turquie ayant longtemps joué le jeu du rapprochement avec l'Occident, à travers son alliance militaire avec Israël.
Mais, au fur et à mesure que les enjeux glissent vers l'Est, donc vers l'Iran et son "eldorado nucléaire", on sent la tentation, en Turquie, de se trouver des intérêts communs avec l'Iran (notamment sur la question kurde), pourquoi pas d'aplanir les différents avec la Syrie, au détriment des anciens rapports sous bienveillance US, avec Israël...
D'autre part, une Turquie qui constituerait une colonne vertébrale avec l'Irak et Israël vers une modernisation des anciens rapports tribaux, claniques au Moyen-Orient, via un apaisement avec ses minorités intérieures ou périphériques (Arménie), pourrait constituer un magnifique modèle de développement de cette partie du monde, contre les obscurantismes qui menacent de la submerger... Les Turcs sont-ils capables de cette révolution des mentalités qui la conduirait à rejeter les modèles islamistes, "modérés" ou si peu?

Il y a du boulot! Surtout pour un futur Ministère des Affaires très subtiles, étrangères!!!


Le Trésor US a banni le PJAK pour complaire à Téhéran :

http://lessakele.over-blog.fr/article-27860996.html et

http://lessakele.over-blog.fr/article-27941241.html

Le Gnl A. Mizrahi remonte les bretelles d'Erdogan, Duce islamiste turc.

Il semblerait que la Turquie d'Atatürc ne réussissant plus à tenir ses minorités dans la boîte de Pandore des vestiges de l'Empire Ottoman, elle se soit réfugiée sous l'étendard de l'Islamisme donneur de leçons pour maintenir son unité factice : ainsi, Recep Tayyp Erdogan, en "chef des croyants" et intermédiaire de Bachar Al Assad et des Mollahs, s'est lancé dans le soutien immodéré au Hamas, traitant bientôt Israël de pays faiseur de "génocide palestinien". Même si diplomatiquement incorrecte, la remise à l'heure des pendules de l'histoire, introduite par le Général Avi Mizrahi est des plus pertinentes, le grand Vizir ayant tout intérêt à rester à sa place et à savoir réserve et proportions gardées. Tsahal, pour des raisons évidentes de realpolitik, s'est désolidarisé de ce franc-parler propre à un pays vraiment démocratique qu'aucune dictature islamiste ne saurait supporter, serait-elle panturque...

Mizrahi. Condemned Erdogan Photo: IDF Spokesperson's Unit
Close window Close window


L'ambassadeur d'Israël en Turquie convoqué
L'ambassadeur d'Israël a été convoqué à Ankara pour se voir transmettre une note officielle de protestation contre des propos d'un haut responsable de l'armée israélienne, a annoncé le ministère turc des Affaires étrangères.

La Turquie réclame une "clarification urgente" au sujet de déclarations du général Avi Mizrahi, responsable du quartier général de l'armée israélienne, jugées "inacceptables" par Ankara car elles contiennent des "affirmations et des sottises visant notre Premier ministre et notre pays", selon un communiqué du ministère.
Yves TERNON --- Cliquer pour agrandir Enquête sur la négation d'un génocide
Titre : Enquête sur la négation d'un génocide / auteur(s) : Yves TERNON -
Editeur : Parenthèses
Année : 1989
Imprimeur/Fabricant : 58-Clamecy : Impr. Laballery
Description : 229 p. couv. ill. 24 cm
Collection : Collection Armenies
Notes : Contient un choix de documents Index
Autres auteurs :
Sujets : Armeniens -- Turquie -- Histoire -- 1900-1945 * Armeniens Massacres des 1915-1923 -- Enquetes
ISBN : 9782863640524
Bibliothèque : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 18,00 euros
Boutique : Alapage


Des médias turcs avaient rapporté vendredi que le général Mizrahi, répondant aux critiques de hauts responsables turcs sur la dernière offensive israélienne contre Gaza, avait déclaré que le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan devrait "d'abord balayer devant sa porte", faisant allusion aux massacres d'Arméniens sous l'Empire ottoman et au problème des Kurdes en Turquie.


Selon le communiqué d'Ankara, l'armée turque juge les propos du général israélien "excessifs, fâcheux et inacceptables". "Nous attendons de l'état-major israélien, dont nous voulons croire qu'il attache de l'importance aux relations avec les forces armées turques, une clarification à ce sujet", poursuit le texte.


M. Erdogan a fustigé quasi-quotidiennement l'offensive menée par Israël en décembre et janvier contre la bande de Gaza, ce qui a créé des tensions dans les relations entre les deux pays liés depuis 1996 par un accord de coopération militaire.

Le 29 janvier, M. Erdogan avait laissé éclater sa colère au Forum économique mondial à Davos (Suisse) en quittant avec fracas un débat public sur le conflit de Gaza auquel assistait le président israélien Shimon Peres.
Selon les médias turcs, les propos du général Mizrahi faisaient allusion à cet incident.