Je suis sioniste

Publié le par JSS

Ce texte traduit de l'Hebreu, a ete ecrit par Yair Lapid qui est un poète, un metteur en scène, un traducteur, un compositeur, un ecrivain, un presentateur a la television ...et un israelien.

"Je crois au réveil (quelque peu tardif…) du peuple juif en Israël. S'il avait entendu la sonnerie plus tôt, il n'y aurait peut-être pas eu de shoah. Mon grand-père (dont je porte le nom) aurait eu le temps de danser une dernière valse avec ma grand-mère sur les rives du fleuve Hayarkon…Je suis sioniste.
L'hébreu est ma langue naturelle, celle dans laquelle je prie D., celle aussi dans laquelle j'insulte ce chauffard imprudent au feu rouge. Le légumier, ou encore l'automobiliste cherchant son chemin m'interpellent "mon frère…". C'est vrai, je suis leur frère. La Bible, ce n'est pas seulement mon histoire, c'est aussi ma géographie: Le roi Saul a cherché les ânesses de son père sur la départementale 443. Jonas, le prophète, a pris la fuite par le port de Jaffa a quelque pas du restaurant de Margareth Tayar. C'est sur l'une des terrasses de Jerusalem (qui appartient à un oligarque russe) que le roi David espionnait Bat Sheva. Je suis sioniste.
La première fois que j'ai vu mon fils en uniforme de Tsahal, j'ai explosé en sanglots. Depuis au moins 20 ans, je ne rate plus les célébrations de l'Indépendance. Et si mon plasma est coréen, il a appris à vibrer pour la « nivheret » (la sélection israélienne de football). Je suis sioniste.
Je crois en nos droits sur cette terre. Ces gens pourchassés, opprimés ont le droit a leur nation, avec un F16 en prime. Je condamne avec fermeté l'antisémitisme de Londres à Bombay. Et pourtant, mes frères juifs, vivant en Diaspora, n'ont pas compris une chose élémentaire sur ce monde, Israel ne s'est pas construite dans le but de faire disparaitre l'antisémitisme, mais pour ne plus avoir à rendre compte à quiconque. Je suis sioniste.
En 1982, on m'a tire dessus au Liban. Une roquette m'a rate de quelques mètres à Kyriat Shmone. Des Scuds sont tombés à coté de chez moi pendant la guerre du Golfe. J'étais à Sderot lorsque la sirène "Tseva Adom" a retenti. Des terroristes kamikazes ont explosés non loin de la maison de mes parents. Mes enfants ont connus l'abri avant meme qu'ils ne puissent prononcer leur nom, blottis dans les bras de leur grand-mère venue de Pologne pour échapper à la mort. Et malgré tout, j'éprouve un profond sentiment de chance de vivre ici, je ne me sens vraiment bien dans aucun autre endroit. Je suis sioniste.
Je crois au principe que tout citoyen vivant en Israël doit servir son pays, payer ses impôts, voter et connaitre au moins une chanson de Shalom Hanor…
Je pense que l'Etat d'Israel n'est pas seulement un pays mais une idée, un concept. J'ai foi en trois nouveaux commandements gravés sur le mur du musée du mémorial de l'Holocauste à Washington: « …tu ne pacteras pas avec le mal, tu ne te défileras pas, tu ne te porteras plus en victime…". Je suis sioniste.
J'ai contemplé la chapelle Sixtine au Vatican, j'ai même acheté des souvenirs devant Notre-Dame à Paris. J'ai contemplé en extase Bouddha au palais du roi à Bangkok. Mais Tel Aviv reste la ville la plus amusante, la Mer Rouge plus bleue, les tunnels derrière le Kotel plus émouvants. C'est vrai, je ne suis pas objectif. Mais je ne suis pas non plus objectif vis-à-vis de ma femme et mes enfants. Je suis sioniste.
Je suis un homme moderne qui vit pleinement son passé. Je fais partie d'un peuple qui compte: Moise, Jésus, Maimonide, Freud, Marx, Einstein, Woody Allen, Bobby Fisher, Bob Dylan, Franz Kafka, Herzl et Ben Gurion. Je fais partie d'une toute petite minorité oppressée depuis la nuit des temps et qui a pourtant influencé l'humanité plus que n'importe quel autre peuple au monde. Pendant que les autres ont investis toute leur énergie dans le feu et le sang, nous avons eu l'intelligence d'investir dans l'intelligence. Je suis sioniste.
Je regarde autour de moi et je suis fier. Je vis mieux qu'1 milliard d'indous, 1.3 milliard de chinois, que toute l'Afrique réunie, 250 millions d'indonésiens, que les thaïlandais, les philippins, les russes, que les ukrainiens, et que tout le monde musulman (sauf peut-être le Sultan de Brunei). Je vis dans un pays ou les frontières sont quasiment fermées, sans aucune ressource énergétique. Et pourtant, les feux aux intersections fonctionnent sans arrêt, les ordinateurs sont connectés à Internet à haut débit, et si je t'oublie, O Jérusalem, que ma main droite se dessèche… Je suis sioniste.
Le sionisme m'est naturel comme il m'est naturel d'être fils, papa ou mari. Certains se disent représentants du vrai sionisme, ils me font bien rire. Le sionisme ne se mesure pas à la taille de ta kippa, du quartier dans lequel tu vis ou encore pour quel parti tu votes. Mon sionisme, il est né bien avant moi, quelque part au cœur des rues enneigées de Budapest. Il a pris racine la ou mon père était occupé à comprendre pourquoi le monde lui en voulait tellement. Je suis sioniste.
Je compatis a la mort de chaque victime innocente car moi aussi je fus jadis une victime innocente. Je n'ai aucune envie ou volonté d'adopter les principes moraux de mes ennemis. Je ne veux pas leur ressembler. Je ne pointe jamais mon glaive, je le tiens tout simplement près de moi au cas où.... Je suis sioniste.
Je ne porte pas simplement l'héritage de mes pères, je suis responsable du devenir de mes enfants. Nos pères ont créés ce pays dans des circonstances quasi impossibles pourtant ils ne se sont pas contentés de survivre. Ils ont fondés un pays basé sur des valeurs humaines et morales. Ils étaient prêts à mourir pour elles. Moi, je m'efforce de vivre pour celles-ci."

Publié dans France

Commenter cet article

Rose de Janvier 09/02/2009 13:49

Vous êtes sioniste? Et alors? qu'estce que cela peut faire? Il y a de la place pour tout le monde sur terre! Ce sont les hommes qui y mettent de la mauvaise volonté à s'entendre! Moi, je suis Française de souche Normande et je me fiche pas mal de la nationalité des gens que je rencontre, que je cotoie, qui son mes amis(es)... Je ne suis pas raciste. Je suis pour l'universalité des peuples dans le respect de chaque religion, bien entendu!
Dans la fraternité universelle ce qui n'est pas prêt d'arriver vu au train où vont les choses!... R.D.J

Schlabaya 09/02/2009 08:43

Non, mais je ne demande qu'à apprendre !
Tu sais, je n'ai ps la science infuse, j'ai une formation de philosophe mais pas d'historienne. C'est pour ça que je suis sensible aux arguments des parties en présence quand il y a conflit...

Aschkel 09/02/2009 07:27

SCHLABAYA, tu sais ce qu'est un néo-historien ?

Schlabaya 08/02/2009 14:56

Merci Joël pour ce complément d'information. J'ai lu cet article avec intérêt, mais j'avoue qu'il m'a laissée dubitative. L'auteur reproche à S. Sand son parti-pris pro-palestinien, et l'accuse d'avoir plié les faits à sa théorie, donc d'avoir fait oeuvre d'idéologue et non d'historien. Peut-être, peut-être pas. N'étant pas historienne, il m'est difficile de me prononcer. Cependant, le parti-pris pro-sioniste et anti-gauchiste de Lurçat m'a beaucoup plus frappée que celui de Sand en faveur de la Palestine. Je ne prétends pas être objective, mais enfin, les attaques de Lurçat contre les "mal-pensants" propalestiniens, altermondialistes et autres, faisaient figure de leitmotiv. Il ne suffit pas pour discréditer une théorie d'arguer qu'elle est reprise par tel média ou telle mouvance politique - sauf à expliquer en quoi les idées défendues par la gauche altermondialiste et pro-palestinienne seraient erronées ou pernicieuses; mais il ne le fait pas, du moins dans cet article. Par ailleurs, lorsqu'il traite un proche de Sand de "renégat israélien", cela en dit long. Au nom de quoi un citoyen né en Israël devrait-il partager et défendre coûte que coûte l'idéologie sioniste ?
Sinon, quant au fait que Sand est un historien spécialisé dans l'histoire contemporaine et qu'il n'aurait pas dû se mêler d'histoire ancienne, je ne crois pas que cela soit justifié. D'ailleurs, l'un de ces domaines de compétences étant "Nation et nationalisme", il y a bien un rapport avec cette question. La question est plutôt : s'est-il suffisamment documenté, a-t-il fait fait preuve d'honnêteté ? La réponse de Lurçat à ces questions est négative. Il faudrait certainement être historien et avoir lu les ouvrages des uns et des autres pour avoir un avis de spécialiste. Mais j'ai l'impression que Lurçat résume la démarche historique de Sand hâtivement. Sand donne dans son article un aperçu des documents sur lesquels il a travaillé afin de construire sa thèse. Vraiment, je trouve l'article de Lurçat plus idéologique et moins argumenté que celui de Sand.

joel 08/02/2009 13:43

Chère Schlabaya , complète ton info en consultant l'excellent article de Y.Lurçat:

http://vudejerusalem.20minutes-blogs.fr/archive/2009/01/20/shlomo-sand-deconstruire-le-peuple-juif.html