On se rebelle sous l'oeil du nouveau KGB à Moscou

Publié le par JSS

Le service d'ordre, dimanche dans le centre de Moscou, était comme en de précédentes occasions, impressionnant. Plusieurs centaines de policiers étaient déployés face à une poignée de manifestants qui, à l'appel du nouveau mouvement Solidarnost de Garry Kaspariv, avaient bravé l'interdiction de manifester de la mairie de Moscou.
« Notre premier but sera de démanteler le régime Poutine. C'est le seul moyen de rétablir la liberté et la concurrence politique », a lancé Kasparov devant une foule opprimée. L'ancien joueur d'échec a, vous l'aurez compris, fondé il y a quelques temps, un nouveau mouvement d'opposition baptisé « Solidarnost » -en référence au Solidarnosc syndical polonais fondé dans les années 80.
La police est intervenue en nombre pour empêcher tant bien que mal ce rassemblement interdit par les autorités. Selon Solidarnosc, quelque 130 militants, dont Edouard Limonov, un des dirigeants de la coalition l'Autre Russie ont étés interpellés.. La police moscovite a quant à elle fait état de 90 interpellations. Quand à la police secrète du Kremlin, on ne connaît pas encore le nombre de "condamnations à mort" qu'elle à prise hier, mais on se doute profondément que dans les prochains jours ou les prochains mois, plusieurs familles signaleront des disparitions suspectes.
Avant même le début du rassemblement, des centaines de policiers et des fourgons avaient bouclé la place. A ce moment là, quelque 25 personnes ont été embarquées dans un fourgon de police, dont des membres d'un groupe de jeunes pro-Kremlin qui avaient organisé une contre-manifestation. Et, moins de deux heures après l'heure prévue pour le début de la manifestation, la police a commencé à retirer les barrières métalliques dressées sur la place.

L'opposition russe, de plus en plus affaiblie et marginalisée, veut attirer l'attention sur la crise économique, et dénoncer les projets du Kremlin de rallonger le mandat présidentiel de quatre à six ans. Un projet de révision constitionnelle qui marquerait un nouveau recul de la démocratie et le renforcement de la mainmise sur le pouvoir du clan Poutine.

Les opposants au pouvoir, désormais privés de toute représentation parlementaire, estiment que la présidence de l'ex-chef d'Etat Vladimir Poutine et celle, désormais, de son protégé Dimitri Medvedev, constituent un retour en arrière, annulant les réformes démocratiques de l'ère post-soviétique.

Aujourd'hui, plusieurs questions se posent :

- Pourquoi les autorités interdisent presque systématiquement les manifestations de la coalition l'Autre Russie? Si ces manifestations étaient autorisées, cela réduirait les risques d'affrontements avec les forces de l'ordre et d'arrestations, et du même coup, leur impact médiatique. Les journaux étrangers finiraient par n'écrire que quelques lignes voire aucune sur ces manifestations qui ne rassemblent que très peu de monde. L'AFP signalait hier qu'une protestation d'automobilistes en colère contre la hausse des taxes sur les voitures importées avait rassemblé 3000 personnes à Vladivostok. Certainement plus que les partisans de Kasparov et consorts à Moscou.

-Pourquoi les autorités laissent-elles les mouvements pro-Kremlin (Nachi, Jeune Garde, Russie Jeune) organiser des provocations? On ne va pas me faire croire que les contre-manifestants de Russie Jeune ont pu monter hier sur les toits de la place Trioumfalnaïa sans la bienveillance de la police. Le même scénario a déjà été joué place Pouchkine. Là encore, rien de tel pour conforter l'idée que les opposants sont persécutés.

En fait, le plus drôle dans ce pitoyable état de la situation en Russie, c'est que les Pro-Kremblin dénoncent Solidarnosc car ce mouvement serait, selon eux, financé par les juis et les américains...

Publié dans Russie

Commenter cet article

P@lp@tine 08/01/2009 02:22

Article Russophobe d'un juif sioniste ,qui croit que les Russes , " Russki " ou ' Rossiyani " , vont un jour mettre à la tête de leur état la clique des Weinstein-Kasparovian , Khodorkovsky , Berezovsky et consorts .
Les juifs ont eu vis à de la vis de la Russie une haine séculaire alors que catherine II les avait exempté de service militaire , ce qu'ils affirment être aujourd'hui être de l' "antisémitisme"
Solidarnosc est effectivement financé par le juif Soros et les o"n"g Etazuniennes .

JSS 08/01/2009 10:14


Les juifs n'ont aucune haine envers la Russie... Mais vu comment ils ont etes traite et comment il le sont toujours aujourd'hui, cela pourrait se comprendre !


kolakoka 15/12/2008 09:36

Vive la Russie Sioniste!

NoemAie 15/12/2008 09:34

Il existerait donc des sionistes en Russie ?