Bataille diplomatique Israélo-Anglaise

Publié le par JSS

Le secrétaire d'Etat britannique aux Affaires étrangères, David Miliband, arrive en Israël dimanche dans le cadre d'une tournée au Proche-Orient. Il se rendra également dans les Territoires palestiniens, en Syrie et au Liban. Une ombre plane sur cette visite. Israël conteste la décision britannique de spécifier l'origine des produits exportés des implantations de Judée-Samarie.

Londres, désireuse d'exprimer sa désapprobation envers la politique israélienne, veut marquer une différence entre les biens produits dans les implantations juives et les zones palestiniennes de Judée-Samarie. Jérusalem s'oppose à cette initiative jugée contraire à l'esprit d'Annapolis.Durant sa visite de deux jours en Israël, le secrétaire d'Etat britannique rencontrera le Premier ministre Ehoud Olmert, la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, le ministre de la Défense Ehoud Barak et le leader de l'opposition Binyamin Netanyahou.

A Ramallah, il s'entretiendra avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le Premier ministre Salaam Fayad.

Son voyage en Syrie sera la première visite d'un secrétaire d'Etat britannique aux affaires étrangères depuis 2000. Elle intervient dans le cadre du récent changement d'approche du gouvernement syrien, notamment avec la reprise de contacts diplomatiques avec le Liban.

"Israël s’alarme de voir s’adoucir les positions des Européens et des Américains à l’égard des islamistes radicaux du Hamas. Il y a peu, le ministre britannique des Affaires étrangères, a reconnu que des diplomates britanniques avaient eu à plusieurs reprises des contacts avec des élus locaux du Hamas."

Alors que le Hamas revendiquait le tir d’une nouvelle salve de roquettes contre la ville israélienne de Sdérot aujourd'hui, l'Angleterre s’est tenue à l’écart des responsables islamistes. Mais des diplomates britanniques ont, eux, noué des contacts avec la direction du Hamas. « Certains membres du Hamas ou associés avec le Hamas ont été élus dans certains secteurs. Nous avons un travail diplomatique à faire et nos diplomates dans les Territoires, comme partout ailleurs dans le monde, doivent avoir des contacts avec les élus. Dans les Territoires, il est de rigueur qu’un diplomate, quel que soit son niveau, se rendant dans une ville, aille parler au maire ».

Contrairement à la Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, qui ont eu des contacts de « bas niveau » avec des élus du Hamas, la France a pour l’instant exclu toute rencontre avec la direction politique du Hamas. Paris ne veut pas se laisser « instrumentaliser ». Mais, de même que l’Union européenne, la France n’a pas suspendu ses projets de coopération technique avec des municipalités passées aux mains du Hamas.

(En photo : les logos des équipes de foot d'Angleterre et d'Israel ; copie de la Une de Dimanche Matin (1956)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aschkel 18/11/2008 07:49

Salut,

Ce m^me Milliband qui déclare aux habitants de Sdérot qu'Israel doit protéger ses habitants et que les tirs de roquettes sont intolérables.

Par un mot sur ceux qui les lancent....