Nojoud Ali, femme de l'année ! Et pourtant...

Publié le par JSS

... Et pourtant, presque personne ne la connaît !

Malgré tout, son titre est mérité... Enfin, j'ai exagéré en titrant femme de l'année puisqu'elle ne l'est pas officiellement... Par contre, selon le Mag. Glamour (Vous savez, le mag. que les mecs lisent en secret aux toilettes), elle est dans le TOP10 des femmes de l'année... Au côté d'Hilary Clinton, Condoleeza Rice ou encore de Nicle Kidman (pourquoi elle, c'est une bonne question!).

Nojoud à dix ans tout juste et nous vient de ce "charmant pays" qu'est le Yemen. En avril dernier, la fillette a ouvert une brèche historique dans son pays en demandant le divorce en justice, alors que son père l'avait marié, deux mois plus tôt, à un homme de 30 ans... Et en l'obtenant, grâce au soutien de son avocate, Shada Nasser et d'une mobilisation sans précédent de la presse locale.

Son courage a déjà été plusieurs fois évoqué dans la presse sans que personne ne prenne réellement conscience de l'acte... D'autant plus qu'une Fatwa à dores et déjà mis sa tête à prix ! Bon courage ma grande... Perso, je serais toi, je me réfugierais en Israël (le seul pays qui accepte des réfugiés musulmans (comme les soudanais du Darfour par exemple!))

Aujourd'hui, Nojoud a repris le chemin de l'école et son histoire a donné le courage à d'autres enfants, comme elle, de se battre contre les traditions en vigueur dans un pays où près de la moitié des filles sont mariées en dessous de l'âge de 18 ans. C'est Raël qui va faire la gueule si les gamines commencent à ouvrir leurs gueule !

(En photo: Nojoud et son avocate)

Publié dans Monde Arabe - Liban

Commenter cet article

Aurélien Royer 16/11/2008 14:42

Et, oui, le fait que de telles pratiques, qui privent les femmes de toute liberté d'action, sont plus que condamnables. Il faudrait lancer l'équivalent d'une fatwa, internationale et laïque, contre ceux qui tolèrent et encouragent ces pratiques violant les plus élémentaires des droits de l'homme... et, ici, de la femme. Femmes qui sont encore loin du statut dont leurs égales bénéficent en Occident.