Le chief of staff d'Obama sera israélien !

Publié le par JSS

De qui Obama va-t-il s'entourer pour diriger les Etats-Unis ? Un premier nom est tombé, ce jeudi 6 novembre : celui de Rahm Emanuel, futur "chief of staff" (secrétaire général) de la Maison Blanche.


L'homme, qui se définit comme un démocrate modéré, a servi comme volontaire civil dans l'armée israélienne durant la première guerre du Golfe. Un détail souligné par certains médias ... et oublié par d'autres.

rahm emanuel

Dès le 1er novembre, Bakchich consacrait un article – au vitriol – à celui qu'on surnomme "Rahm-bo" en raison de son caractère affirmé. Doug Ireland, le journaliste du site d'info en ligne, détaillait : "Décrit par le quotidien Chicago Sun Times comme «mordant, impitoyable, froid, arrogant et manipulateur», Rahm Emmanuel est le fils d’un immigré israélien. Son père était un vétéran de l’Irgoun, la milice extrémiste israélienne du fascisant Vladimir Jabotinsky avant l’Indépendance de l’Etat hébreu. A son tour, «Rahm-bo» a toujours été un féroce supporter d’Israël et ne porte guère les Palestiniens dans son coeur. Lors de la première guerre avec l’Irak, en 1991, il est même retourné en Israël pour servir comme volontaire civil au sein de Tsahal."

Des informations reprises sur le net (avec empressement sur fdesouche, par exemple) mais aussi, dans un style certes moins direct, par quelques médias "papier". Ainsi, Libération du 6 novembre précise qu'Emanuel "parle hébreu avec son père et [a] effectué une période de service civil en Israël durant la première guerre du Golfe" tandis que Le Monde du même jour dépeint le démocrate de la manière suivante : "Natif de Chicago, proche du maire Richard Daley et du conseiller en image David Axelrod, Rahm Emanuel s'est engagé comme volontaire en Israël pendant la première guerre du Golfe en 1991."

En revanche, Le Figaro et Le Nouvel Observateur ont choisi de ne pas mentionner cet épisode de la vie de Rahm Emanuel.

Le Figaro "papier" se contente d'indiquer lapidairement que le démocrate est "en piste" pour le poste de secrétaire général. Sur LeFigaro.fr, Emanuel a droit a un paragraphe un peu plus substantiel, mais nulle mention de son engagement pro-israélien : "À 48 ans, Rahm Emanuel a déjà servi à la Maison-Blanche sous la présidence de Bill Clinton comme conseiller politique. Connu pour son tempérament combatif, il était considéré comme le candidat le mieux placé pour ce poste, l’un des plus importants de l’Administration américaine. S’il accepte, il deviendra le principal « gardien » du bureau ovale et hérite d’un rôle de haut conseiller auprès du président. Le secrétaire général, qui est actuellement Joshua Bolten, est également très haut placé au sein de l'exécutif." La mention "(avec AFP, Reuters)" figure en haut de l'article ; or, l'AFP a consacré une dépêche entière à "l'écho favorable" que connaît en Israël la nomination d'Emanuel, dépêche qui évoque clairement l'engagement militaire du démocrate.

Même choix du silence dans le Nouvel Obs paru le 6 novembre, qui consacre une page aux "quatre hommes clés" d'Obama. L'hebdo est pourtant relativement précis sur Emanuel, racontant comment, au lendemain de la victoire de Clinton, il plantait des couteaux dans la table "en criant « Mort ! » après avoir clamé chaque nom d'opposant."

Publié dans USA

Commenter cet article

Aurélien Royer 09/11/2008 14:50

Il s'agit surtout là pour Obama d'envoyer un signal à Israël, en montrant qu'il n'est pas son ennemi et qu'il fait du conflit isarélo-palestinien une de ses priorités. Obama est un fin politicien... bien entouré !