Qui veut la paix prépare la guerre !

Publié le par JSS

OK, je l'avoue... Le titre n'est pas de moi mais de Jules César. J'ai décidé de parler de paix aujourd'hui. Je l'avais promis à certains il y a peu alors.. Je le fait ! Et je pense qu'un pareil titre est très en vogue actuellement. On appelle cela de la dissuasion !

Je préviens avant tout :
- Il s'agit là d'un point de vue personnel.
-  A mon sens la paix au Proche Orient est impossible. Au moins à moyen terme. Ici, comme ailleurs, tout le monde en parle mais personne ne la fait. Personne ne peut la faire. Personne ne veut la faire.
- Pas la peine de revenir aux origines du conflit. Car quand on parle "d'histoire", faut-il revenir en 1948 lors de la naissance officielle d'Israël ? En 1967 lors de la guerre qui à permis à l'Etat Hébreux de gagner à travers une guerre défensive des territoires ennemis ? Faut-il revenir plus avant avec la déclaration Balfour ? Ou encore plus avant avec la première vague d'immigration juive ? Ou même il y a 2000 ans avec la destruction du Second Temple ? Ou plus avant avec... Vous l'aurez compris, parlons du temps présent !

La paix.
Ou plutôt les paix..
Elles ne sont que temporaires (si elles sont) ou impossibles. (A propos, voilà une petite citation que j'apprécie : « Aucune paix n'est éternelle. Mais toute la journée qui prolon
ge la paix est une bénédiction acquise » Kaj Munk).
Je m'explique : Après avoir conquis la péninsule du Sinaï, Israël à rendu ce territoire à l'Egypte contre... La paix ! Jusqu'à présent, cela fonctionne plutôt bien. On ne peut pas parler de "démocratie" égyptienne, mais tant que Moubarak tient la baraque... Ça tient. Que se passera-t-il demain avec le décès du vieux Raïs ? Certes, il y a des grandes chances, à mes yeux, pour qu'il arrive à imposer son fils comme successeur (ce qui arrangerais bien du monde). Mais si, par un moyen ou par un autre, les Frères Musulmans s'emparaient du pouvoir... La paix avec Israël sera-t-elle encore possible ? Je ne le pense pas. D'ailleurs et depuis quelques années, il suffit de demander à n'importe quel spécialistes des relations internationales... l'Egypte effectue des mouvements de troupes "étranges" aux abords de la frontière israélien
ne. L'Egypte teste des missiles sol-mer dernière génération lors des célébrations des guerres israélo-égyptiennes, etc... Ne dit-on pas qu'il suffit de chanter un chant de paix avec des gesticulations et des grimaces pour qu'il devienne un chant de guerre ? Peu importe, ce qu'il faut retenir est que le futur de l'Egypte inquiète... Et pas seulement Israël !

Pour ce qui est des paix possibles mais difficiles, je pense à l'exemple libanais. Je pense qu'une paix est vraiment possible avec le pays du Cèdre. Mais sous certaines conditions. Des conditions qui lient Beyrouth à Damas et Damas à Téhéran. Ou plutôt l'inverse. Téhéran cherche à imposer sa mainmise sur le Proche-Orient. Téhéran arme et protège donc Damas. Qui de son côté à toujours en tête son rêve de Grande Syrie... Dont le Liban est une partie non négligeable. Il faut donc que Beyrouth cesse de traficoter avec Damas dans un premier temps. Puis que Beyrouth reprenne le contrôle du Sud Liban. Et qu'enfin, les terroristes du Hezbollah, nourris par Damas et Téhéran (justement!) deviennent une vraie force politique. Une force politique prête à changer sa "constitution" puisque celle-ci appelle toujours à la destruction d'Israël.

Pour ce qui est des paix impossibles, je pense à la Syrie justement. Damas applique à la lettre les consignes des Mollahs de Téhéran. Damas "négocie" actuellement la paix avec Israël à travers des "pourparlers de pourparlers'. En d'autres termes "on négocie la manière dont les négociations de paix pourront se dérouler". C'est, selon les occidentaux, un acte "d'ouverture". Tout le monde s'est ainsi précipité dans la gueule du loup. Sarkozy le premier en invitant Bachar El Assad le 14 juillet. Mais Sarkozy n'est pas le seul, loin de là ! Quoi qu'il en soit, la Syrie, se dit prête à "offrir la paix contre la restitution du Golan". Je pense que c'est une bonne blague. Je tiens juste à rappeler la règle du fameux "pile ou face" au régime des Assad. Si tu choisis "pile" et que la pièce tombe sur le chiffre, tu gagnes, si c'est le contraire, tu perds. Rappeler ces règles est essentiel ! Car Damas à joué à pile ou face en 67. Ils ont choisis la guerre totale contre Israël pour détruire l'Etat Juif. Mais la Syrie à perdue. Elle a donc perdu son honneur mais aussi ses territoires. Et aujourd'hui, elle veut récupérer un bien qu'elle dit "volé". Bachar, Pile ou Face ne sera jamais "Pile : je gagne : Face: tu perds" ! Enfin,Dernière chose à propos du Golan, je n'ai pas les chiffres en tête, mais pour faire simple, si un accord de paix venait à être signer en Israël et la Syrie, cela passerait obligatoirement par un référendum... Qui serait rejeté par la population parce qu'ici, en Israël, personne ne veut rendre le Golan. Encore moins à la Syrie ! Personne n'a confiance dans ce pays qui construits actuellement des centrales nucléaires secrètes. Personne n'a confiance dans ce régime qui tend à annexer le Liban. Personne n'a confiance dans ce régime qui soutient Téhéran. Personne n'a confiance dans ce régime qui n'a jamais montré un seul signe d'apaisement envers Israël. Personne n'a confiance dans le parti Baas (de la famille Assad), pour la simple et bonne raison qu'il est né des cendres du nazisme et qu'ils s'en revendiquent encore ! Enfin, personne ne veut que la Syrie récupère le plateau du Golan parce que stratégiquement, ce serait un avantage trop décisif sur Israël en cas de nouveau conflit. Et même si Israël pourra gagner la prochaine guerre avec la Syrie sans trop de difficulté, personne ne veut prendre de risques inutiles. Enfin, est-ce si innocemment que Bachar El Assad à promis la guerre à Israël si les négociations venaient à échouer (alors que des Syriens étaient hier en visite en Corée du Nord pour l'achat d'armement lourd que la russie refuse de livrer) ?

Enfin, il y à la paix avec les palestiniens. La paix israélo-palestinienne. Je précise parce qu'après tout, personne n'aime les palestiniens de Palestine (la Jordanie par exemple est composée à 90% de Palestiniens et annexe 78% du territoire réel de la "Palestine"). Les Égyptiens n'aimes pas les Palestiniens, j'en veux pour preuve qu'ils refusent d'aider les Gazaouis (Gaza étant d'ailleurs un territoire perdu par l'Egypte et laissé à Israël lors de la paix signée par Saddate et Begin). Les Jordaniens ont toujours et malgré le mécontentement palestinien, le contrôle religieux de Jérusalem. C'est par exemple la Jordanie qui rénove le Dôme d' Or et qui gère l'endroit. Les palestiniens crient au scandale mais bon... Par ailleurs, la Jordanie offre toujours à tous (oui tous!) les palestiniens, le "droit d'asile' et la nationalité Jordanienne. Mais il y à très peu de familles palestiniennes qui acceptent de traverser la frontière.
Le Liban déteste les palestiniens. Il suffit de regarder les affrontements des mois derniers entre "palestiniens" et libanais. La Syrie à cure des palestiniens. La Syrie refuse d'accueillir ou même d'aider financièrement les réfugiés. Etc... Quand aux israéliens et palestiniens ensemble... Reste à savoir quels palestiniens ? Ceux de Judée-Samarie (Cisjordanie) ou de Gaza ? Les « modérés » ou les terroristes ? A moins qu'ils arrivent enfin à s'unir et à proposer une vraie réponse politique et plus seulement militaire. Car pour l'instant, c'est pas brillant. Après le coup de force démocratique du Hamas à Gaza, après les émeutes anti-fatah, après l'enlèvement du franco-israélien G. Shalit, après le tir de plusieurs centaines de roquettes sur l'Etat Hébreu, comment aller sereinement de l'avant en proposant des deals équitable aux différents protagonistes ? Côté « modérés », il est clair que le gouvernement en place n'a aucun réel pouvoir sur ses administrés. La situation s'est certes réellement apaisé dans des villes comme Shekhem, ce n'est pas pour cela que tout est parfaitement apaisé. Israël libère pourtant régulièrement des centaines de prisonniers du Fatah, même le terroriste Barghouti est sur le point d'être libéré, Abu Mazen n'a pas le pouvoir de signer la paix avec les juifs. Si cela arrivait, il serait certainement assassiné. Et avant que cela n'arrive, il faudrait faire comprendre à sa population que finalement, les juifs ne sont pas des « buveurs de sang d'enfants » (rumeur toujours récurrente dans les livres scolaire payés par l'UE et édités directement à Rammallah), que les juifs ne sont pas des chiens ni des porcs, que les sionistes ne veulent qu'une chose en fait : vivre tranquillement et sans problèmes sur leur terre. Il va falloir éduquer les dernières générations qui ont appris dès leur plus jeune âge que plus de 70% de leur PIB est fait des échanges avec Israël, etc..

Pour ce qui se passe à Gaza, on peut dire qu'on a assisté à l'éclosion de l'Etat Terroriste du Hamasitan. Qu'on le veuille ou non, ce morceau de terre est complètement autonome et aucune force étrangère n'y est présente. Certes, Israël donne des médicaments, de l'essence, du fuel, des aliments de première nécessité (oui, il s'agit de l'Etat Sioniste qui fait survivre Gaza), certes le Hamas à des moyens ultra-perfectionnés pour creuser des tunnels indétectable (qui permettent d'aller se ravitailler en arme par exemple) et entrer illégalement en Egypte... Il s'agit bien là d'un Etat. Qui à sa constitution puisque le Hamas à le pouvoir ! Les buts de cet Etat ? Détruire Israël. Pour le reste, pas tellement de programme politique mais de toute façon, tout le monde s'en fout! Vous l'aurez compris, faire la paix avec les palestiniens est impossible. Au moins dans l'immédiat. Il n'y a aucun interlocuteur fiable. Et chaque plan de paix tombe à l'eau dès que les points sensibles sont abordés. Et quand, enfin, les palestiniens obtiennent tout ce qu'ils veulent, ils refusent (Arafat avait refusé l'accord d'Ehud Barak alors que ce dernier avait cédé sur tous les points. Arafat craignait alors pour sa vie s'il signait les accords). Autant dire... Que rien n'est prêt de s'arranger !

Ah, encore une petite chose... Concernant des états comme la Syrie... Ces états de non-droits, de non démocratie totale, ces états corrompus dont la population crève en silence, ces états qui achètent des armes au lieu de nourrir leurs enfants... Ces états là, ne veulent pas de la paix avec Israël. Je parle ici des dirigeants de ces états là. Dire que c'est la faute d'Israël, dire que c'est « à cause des juifs que les femmes trompent leurs maris » (je vous assure que c'est ce qu'on y entends), dire qu'Israël « vole secrètement des lingots d'or de la banque nationale » (à lire il y à quelques mois dans un journal étatique), dire qu'Israël « entraîne des rats à reconnaître l'odeur des arabes pour que les musulmans meurent de la peste » (-sic-), etc... Dire tout cela arrange bien le pouvoir en place ! C'est un cache misère ! Un excellent prétexte pour que toute personne qui se révolterais, serait exclu de la société (avant d'être assassiné !) car l'unité du pays prévaut sur tout le reste.

A présent... Il ne reste qu'à espérer !
En Israël, tout le monde veut vivre en paix.
Même ceux « d'extrême droite » veulent vivre en paix. S'ils préconisent la force pour y arriver, c'est leur droit. Mais si on leur propose une alternative et un vrai plan de paix basé sur la confiance, ils le signeront ! En Israël, l'idéal c'est la paix. Plus personne ne veut combattre. Plus personne ne veut entendre parler d'attentat suicide. Plus personne ne veut passer des journées à faire la police au cheik-points palestiniens, etc...
La seule chose qui cloche, c'est qu'en Israël, seul la droite sera autorisé à signer la paix. Et pour que de vrais pourparlers s'engagent alors que les palestiniens détestent Netanyahu... C'est pas gagné ! Et si c'est la gauche qui signe la paix... Israël descendra dans la rue ! Israël sera ruiné ! Israël aura tout perdu ! Le parlement sera obligé de refuser les accords... Et qu'on repartira une fois de plus dans un cycle de violence... Ne dit-on pas que le futur appartient à ceux qui savent retenir les leçons d'histoire ?

En tout cas à Jérusalem, personne ne prend au mot la célèbre maxime de Napoléon : "La paix est un mot vide de sens, c'est une paix glorieuse qu'il nous faut" !

(En photo : une ancienne édition du Figaro traitant de la guerre Israélo-Egyptienne, un "réfugié" palestinien combattant l'armée libanaise, et un militant du Hamas faisant le salut nazi)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NyKy 12/02/2009 06:14

Je n'ai pas lu ton article car je suis moi même en train de travailler sur un projet très prenant mais le temps me manque !!!

Et, en effectuant des recherches, je suis tombé sur ton article.

Il n'etait pas utile a mon projet donc je n'ai aps pris le temps de le lire (désolé) mais je prend juste le temps de te laisser se commentaire a titre informatif.

Ton titre : "Qui veut la paix prépare la guerre !"

(ou "Qui desiderat pacem praeparet bellum", souvent abrégé en "Si Vis Pacem, Para Bellum" en latin dans le texte)

ce n'est pas une maxime de Jules César (lequel d'ailleurs ??? vu le nombre d'empereurs romains a avoir utilisé ce titre...).

son auteur est Flavius Vegetius Renatus (militaire et écrivain romain du Vè siècle ap. J.-C., auteur du “L’Art militaire”)

Voila !!!

Bonne continuation a toi...

Amicalement NyKy

Aurélien Royer 30/10/2008 11:29

Une fois encore, ton propos est extrêmement clair et les thèses mises en avant très convaincantes. D'une part, comme toi, je crois que la paix est quelque chose dont tout le monde parle sans jamais vouloir la faire... et pas seulement au Proche-Orient. Si nos diplomates et nos dirigeants avaient des c... et l'envie d'en finir avec certains conflits, ils convoqueraient des réunions internationales avec l'ONU et les pays qui se sentent concernés pour négocier. On va pas me faire croire que pour aboutir à la paix, il faut discuter pendant des mois voire des années, en secret et par des intermédiaires ! Et j'avoue que, dans cette perspective, je me suis trompé sur les intentions d'el-Assad. j'ai cru moi aussi qu'il allait sincèrement proposer des points de discussion.. mais tout cela n'est plus d'actualité. Et le fait de ne plus en entendre parler n'est pas pour me rassurer.

D'autre part, le conflit israélo-palestinien ne trouvera de solution durable que si toutes les cartes sont remises à plat dans toute la région. Comme tu le montres bien, les liens qu'entretiennent les différents Etats sont tellement complexes, souvent informels et parfois contradictoires, qu'une conférence sur le Proche-Orient n'apparaît, à mes yeux, que comme la seule solution durable. Faute de quoi LES paix, que tu énumères, s'écrouleront les unes après les autres, à la faveur d'incidents ou de provocations verbales ! Tout ceci est donc très complexe et je comprends ton pessimisme. Moi qui suis presque un idéaliste naïf, qui espère la Paix partout dans le monde (un peu comme les Miss, telles qu'elles sont caricaturées par les humoristes), j'espère encore que l'on puisse trouver des solutions. Et je crois (ou j'espère) que l'Europe saura un jour agir et prendra l'initiative... à moins qu'Obama, s'il est élu la semaine prochaine, ne se décide à faire quelque chose. Il y a donc encore quelques (petites) raisons d'espérer !