C'est qui qui l'avait dit ?

Publié le par JSS

C'est Bibi !

Il est vrai que Benyamin Netanyahu (Bibi), priait pour la tenue d'élections anticipées en Israël... Mais aujourd'hui, c'est moi le "bibi" du titre !

Les faits remontent à quelques semaines de là.Livni venait alors de gagner les primaires de son parti. En Israël, tout le monde criait plus ou moins au scandal. Comment un politique peut-il devenir 1er ministre après que 31.000 votants de centre-gauche ait simplement plébicité leur candidat ? En d'autres termes, madame Livni n'a aucune crédibilité à mener une tache rondement sans un vrai référendum !

Ainsi, de droite à gauche (extrême), on réclamait des élections anticipées. Il faut dire, que depuis un bon bout de temps, on  pas vu un seul gouvernement tenir jusqu'à la fin de son mandat de 4 ans. Elections, certes... Mais anticipées... Ça dépend comment on voit les choses !

Quoi qu'il en soit, le jour même ou Tsippi à été désignée pour former un nouveau gouvernement, j'avais alors prédit, dans une discussion avec mes amis du blog drzz que Livni renoncerait tôt ou tard. En analysant la situation de prêt on comprend mieux pourquoi.

Appelée Madame Propre par les israéliens parce qu'elle n'a jamais trempé dans aucune affaire, la chef de Kadima (parti de centre gauche) savait pertinemment qu'elle n'aurait pas les mains libres pour mener un nouveau gouvernement pendant deux ans. Le système démocratique israélien n'est pas le meilleur. Il est ultra-démocratique et c'est un vrai casse tête. Sans rentrer dans les détails, à partir du moment ou l'on sait qu'un gouvernement, quel qu'il soit, aura besoin de former des alliances pour être majoritaire à la knesset (parlement), on se demande quel sera alors le marchandage.

Ainsi, imaginez. Vous devenez premier ministre. Sur les 120 sièges du parlement, vous n'en obtenez qu'une quarantaine (ce qui arrive généralement). Il va donc falloir trouver une vingtaine de députés qui ne sont pas de votre parti et qui vont devoir vous soutenir dans toutes vos propositions. C'est ainsi qu'à tous les votes, chaque député fait des "avances" au premier ministre. En échange d'un vote en faveur de la proposition, le ministre devra accélérer tel dossier ou valider tel amendement... Un système complètement bancal mais dans lequel tous les partis on un réel pouvoir (puisqu'un seul député peut faire changer l'acceptation d'un vote) !

Livni rencontrera donc le président Peres à 17 heures ce dimanche à Jérusalem. D'ici mercredi, ce dernier à deux choix : soit proposer à une personne de son choix de former un nouveau gouvernement (choix très peu probable), soit la tenue d'élections anticipées (aux alentours du 17 février 2009). Ainsi, et comme je l'avais prédit, Olmert restera premier ministre jusqu'à la mi-février, et Livni convoquera des élections pour pouvoir avoir les mains libres si elle devait gagner les élections.

Ce ne sera pourtant pas simple pour elle. Combattre contre Bibi et sa troupe du Likoud (avec leurs nouveaux amis religieux qui refusent de rentrer dans la coalition morte-née de Livni), qui ont déjà les faveurs des intentions de votes, ne sera pas une mince affaire. Ce qui ne l'empêche pas d'espérer devenir premier ministre d'ici deux ans (lors des prochaines élections anticipées). Ici, à Jérusalem, on à prix conscience que la population est pour l'alternance. Après plusieurs échec retentissants, le centre gauche devrai très certainement passer la main à la droite. Et après les problèmes à venir, la droite repassera la main à Kadima, etc...

Dans tout ce charabia, on peut toujours se féliciter d'une chose : il y à au moins un pays au Proche-Orient, ou la démocratie est vivante !

(En photo : Bibi Netanyahu, une affiche sioniste et Tsippi Livni)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aurélien Royer 26/10/2008 11:27

J'attends l'article sur la paix avec impatience. Car je considère que la résolution du drame proche-oriental doit être la priorité des priorités en matière de politique extérieure pour l'UE.

Pour ce qui est du choix du premier ministre, la difficulté à maintenir une coalition jusqu'au terme du mandat est la conséquence la plus néfaste (que les opposants au système utilise à fond, en France) d'un vote à la proportionnelle qui permet la juste représentation de tous les courants de pensée.

Je rajoute une question: lorsqu'un premier ministre, choisi par les électeurs pour une période précise, doit quitter son siège (décès, démission, éviction), n'est-il pas légitime que le numéro 2 le remplace pour terminer le mandat que la coalition (et le parti auquel ils appartiennent) a reçu? C'est ce qui se fait aux Etats-Unis: si le président est indisponible, son vice-président le remplace pour achever le mandat que les électeurs leur ont confié. Donc, seule une situation de blocage extrême (comme celle que Livni rencontre en ce moment) doit (devrait) déboucher sur des législatives anticipées. Sinon, son arrivée à la tête du gouvernement me paraissait normale...

Aurélien Royer 26/10/2008 10:15

Bonjour Jonathan-Simon !
J'ai une question simple: dans le système constitutionnel israélien, le premier ministre tient-il sa légitimité du président qui le nomme? Si c'est le cas, et dès lors qu'il est issu des rangs du parti vainqueur des dernières législatives, il est parfaitement légitime... Et donc, contrairement à ce que tu écris, Mme Livni aurait pu être crédible s'il avait pu former une coalition autour de Kadima.

Que l'alternance permette à la droite de récupérer le pouvoir parce que la gauche a échoué me semble normal... s'il s'agit de la volonté du peuple israélien. La situation étant bloquée, ce dernier aura donc prochainement l'occasion de le faire savoir. Qu'Israël montre la vigueur de son modèle démocratique dans la région ne fait en effet pas de mal... mais si c'est pour n'arriver à aucun résultat, cela ne sert à rien. Or, en cas de victoire du Likoud, la paix n'est sans doute pas pour demain. Ne penses-tu pas que le résultat de la présidentielle américaine ne pourrait-il pas influencer la résolution du conflit isarélo-palestinien? L'élection d'Obama et le maintien d'Olmert jusqu'aux élections anticipées ne pourraient-ils pas aboutir à un plan de paix?
Bonne journée.

JSS 26/10/2008 10:57


Bonjour Aurélien,

Voilà comment se passe la nommination d'un premier ministre en Israël :
1 : Elections primaires dans chaque parti en manque de leader légitime
2 : Election législative permettant de nommer 120 nouveaux membres du parlement (knesset)
3 : En fonction des résulats des législatives, le président demande généralement au chef du parti de la nouvelle majorité de former un nouveau gouvernement. Celui-ci peut accepter ou refuser
(ce qui n'est jamais arrivé). S'il accepte, le nouveau "premier ministre" doit alors composé avec tous les autres partis pour former une coalition sur le long terme.

Toutes ces tractations sont avant tout le fruit de marchandage... "Si je viens dans la coalition, tu me donne ca tout de suite... Pour les prochains votes, on verra"... Si cela peut faire avancer
les choses, c'est très bien. Mais on voit depuis plusieurs décennies qu'aucun gouvernement ne menne à terme sa coalition... Parcequ'à mi-mandat tout le monde prépare les prochaines législatives et
tente de se démarquer du gouvernement.

Concernant Livni. à mes yeux, elle n'a pas grande légitimité pour l'instant. Seuls les membres de son parti ont voté pour la désigné 1er ministre. Si le premier ministre démissionne, à mon sens en
tout cas, il faut que la nation entière décide de son nouveau leader et pas seulement 32.000 personnes sur 7 millions d'habitants.

Après, je n'ai pas pour vocation de dire si c'est "bien ou mal" mais juste de donner un sentiment général. Un sentiment que même Livni partage. Si elle gagne les élections, elle sera libre pour au
moins deux ans !

Quant aux négociations de paix... Je suis optimiste de nature mais là... C'est un cas désespéré. Je crois à la paix de moins en moins. Dans un futur article j'expliquerais pourquoi de mon point de
vue... Rien n'est possible pour l'instant.


Jerem 26/10/2008 09:28

Ca promet ces elections...
Quelqu'un à t-il les premiers sondages en mains ? Ca dit quoi dans les journaux israeliens ?
En tout cas... Ca laisse encore du temps de survie à l'Iran tout ce bordel !